Android : Quatre ans de mises à jours de sécurité bientôt assurées pour les nouveaux smartphones

SMARTPHONE Dès 2021, les prochains smartphones sous Android seront assurés de recevoir des mises à jour de sécurité pendant quatre ans

Jennifer Mertens pour 20 Minutes

— 

Android : Google corrige 49 failles de sécurité
Android : Google corrige 49 failles de sécurité — Geeko

Bonne nouvelle : Google vient de signer une nouvelle collaboration avec Qualcomm, principal fournisseur de puces pour smartphone. Et cette nouvelle collaboration permettra aux appareils sous Android de profiter plus longtemps des mises à jour de l’OS. Un appareil sous Android 11 pourra ainsi recevoir les versions 12, 13 et 14 d’Android.

Outre le fait de profiter plus longtemps des nouvelles versions du système d’exploitation de Google, les smartphones pourront également bénéficier plus longtemps des mises à jour de sécurité.

À l’heure actuelle, lorsque les consommateurs achètent un smartphone, ils ont la certitude de pouvoir profiter de la prochaine version d’Android. Pour ce qui est des mises à jour de sécurité, Google assure le suivi durant trois ans.

Un accord qui profite aux consommateurs

La nouvelle collaboration de Google et Qualcomm est donc une bonne chose pour les consommateurs puisqu’ils pourront bénéficier de quatre versions d’Android, et des mises à jour de sécurité durant quatre ans.

A noter que cette nouvelle politique ne vaut que pour les nouveaux smartphones et tablettes sous Android achetés début 2021. Les appareils déjà sortis n’en profiteront donc pas. De plus, cela ne concernera que les appareils équipés de la prochaine génération de puce développée par Qualcomm ; la Snapdragon 888.

Les consommateurs pourront retrouver cette puce dans le prochain smartphone de OnePlus, le modèle 9, ainsi que dans le Mi 11 Pro de Xiaomi. Les deux sont attendus pour début 2021 sur le marché. LG, Motorola et Oppo devraient également intégrer cette puce dans leurs smartphones. Pour ce qui est de Samsung, cela devrait se faire au cas par cas puisque le constructeur coréen jongle entre ses propres puces et celles de Qualcomm.