Smartphones: Quels rivaux de l’iPhone 12 en donnent plus pour moins cher ?

BANC D'ESSAI Alors que les nouveaux iPhone 12 sont de sortie à partir de 809 euros, qui sont les rivaux des nouveaux smartphones d’Apple, capables d'en offrir plus pour moins cher

Christophe Séfrin

— 

iPhone 12: Qui sont les rivaux? — 20 Minutes
  • Les nouveaux iPhone 12 sont de sortie. A partir de 809 euros pour l’iPhone 12 Mini et jusqu’à 1609 euros pour l’iPhone 12 Pro Max, ils restent cher.
  • Tapis dans l’ombre, la concurrence s’agite et propose des alternatives 5G et haut de gamme offrant souvent plus pour des tarifs moins élevés.
  • Du Google Pixel 5 à 629 euros, à l’Xperia 5 II de Sony à 899 euros, les prétendants sont nombreux.

Ecrans plus larges, capacités plus importantes, autonomies renforcées… et prix inférieurs : les rivaux des nouveaux iPhone 12 se pressent et veulent convaincre par un rapport performances/prix plus agressif. Qui sont les challengers aux nouveaux smartphones d’Apple vendus entre 809 euros pour l’ iPhone 12 Mini et 1609 euros pour l’ iPhone 12 Pro Max.

Les trois capteurs arrières des iPhone 12 Pro.
Les trois capteurs arrières des iPhone 12 Pro. - CAPTURE

Google Pixel 5 : le champion performances/prix

Délaissant les smartphones haut de gamme, Google se recentre sur un terminal plus accessible, mais qui conserve l’ADN photo de la marque. 5G, le Pixel 5 hérite du savoir-faire incontestable de la firme de Mountain View qui a su développer des algorithmes permettant d’optimiser les prises de vues. C’est notamment ici le cas en basse lumière, le Pixel 5 étant capable de réaliser des photos de nuit étonnantes de netteté.

Le Google Pixel 5 et son triple module photo arrière.
Le Google Pixel 5 et son triple module photo arrière. - CHRISTOPHE SEFRIN/20 MINUTES

Sa solution : un module photo basé sur un capteur de 12 mégapixels avec optique 26 mm ; et un second de 16 mégapixels (16 mm) opérant jusqu’en ultra grand angle… et des logiciels qui travaillent dans l’ombre. A l’avant, les 8 mégapixels convoqués livrent des portraits bien dosés. On note cependant un traitement d’image parfois un peu long avant que le Pixel 5 n’affiche le selfie joliment floutée à l’arrière du sujet. 629 euros (5G – 6’’ – 128 Go/8Go – 4000 mAh).

Xiaomi Mi 10T Pro : le photophone polyvalent

« Toujours plus pour moins cher ». Cette formule, Xiaomi l’applique une nouvelle fois avec cet impressionnant smartphone à écran de 6,67’’/16,94 cm) qui, s’il est LCD et non OLED, bénéficie d’un rafraîchissement adaptatif jusqu’à 144 Hz (au lieu de 60 Hz traditionnellement). L’affichage des contenus est ici optimisé selon leur nature. Un peu massif, avec un dos arrière qui se délecte des traces de doigts, le Mi 10T Pro ne rougit pas lorsqu’il s’agit d’afficher un module photo arrière qui dépasse largement de la coque (2,5 mm d’épaisseur à lui seul).

L'imposant module photo du Xiaomi Mi 10T Pro.
L'imposant module photo du Xiaomi Mi 10T Pro. - CHRISTOPHE SEFRIN/20 MINUTES

Mais c’est pour la bonne cause : le terminal cache un appareil photo de 108 mégapixels (plus un module ultra grand-angle de 13 mégapixels et un module macro de 5 mégapixels) efficace en toutes situations. Prime aux photos macro qui réservent souvent de belles surprises. Autre surprise : l’autonomie du terminal qui flirte avec les deux journées d’utilisation. 599 euros (5G – 6,67’’ – 256 Go/8 Go – 5000 mAh).

Asus, Zenfone 7 Pro : l’original qui se distingue

Unique en son genre, avec un parti pris technique aussi louable que discutable, le Zenfone 7 Pro intègre comme son prédécesseur, le Zenfone 6 un module photo rotatif nommé Flip Camera. But : se passer de capteur frontal et utiliser le même attelage (composé ici de trois appareils photo de 64, 12 et 8 mégapixels) pour photographier en toutes circonstances, à l’avant, comme à l’arrière. Ingénieux.

Le module photo rotatif du Zenfone 7 Pro d'Asus.
Le module photo rotatif du Zenfone 7 Pro d'Asus. - CHRISTOPHE SEFRIN/20 MINUTES

Autre avantage, autoriser la prise de vues sous des angles pouvant être improbables (comme au ras du sol) tout en conservant le contrôle de la visée sur l’écran de 6,67’’ (aussi grand que celui de l’iPhone 12 Pro Max). On pense aussi au vloging qui, grâce à cette Flip Camera, peut s’exprimer autrement. Sinon en basse lumière, les prises de vues que nous avons réalisées lors de nos essais avec le Zenfone 7 Pro sont dignes des plus grands. L’ écran OLED de 7’’/17,78 cm du smartphone tire évidemment parti du module rotatif puisque aucune encoche ou poinçon ne l’encombrent. Le terminal, véloce avec son processeur Snapdragon 865 +, ne décevra pas. Vrais regrets cependant : son poids (230 g) et son absence d’étanchéité. 799 euros (5G – 6,67’’ – 256 Go/8Go – 5000 mAh).

Oppo, Reno 4 Pro: le vidéaste qui ne se salit pas

Surprenant par sa légèreté (172 g) et une prise en main très agréable avec une coque arrière qui ne s'encrasse pas du tout sous les doigts, le Reno 4 Pro est une réussite esthétique. Son écran incurvé Amoled de 6,5’’ le distingue également. Compatible HDR 10 +, il est également 90 Hz, le gage d’une meilleure fluidité d’images. Ses bons haut-parleurs stéréo couronnent une approche vidéo bien pensée.

Le Reno 4 Pro d'Oppo et son dos anti-traces de doigts.
Le Reno 4 Pro d'Oppo et son dos anti-traces de doigts. - CHRISTOPHE SEFRIN/20 MINUTES

Lesté d’un triple module photo arrière (48 + 12 + 13 mégapixels), le Reno 4 Pro est bien calibré avec du grand-angle, de l’ultra grand-angle et un téléobjectif avec zoom optique 2x). On est assez fans de son mode vidéo au format cinéma 21 : 9e à 4K, jusqu’à 30 images par seconde). Parallèlement, un mode nuit vidéo fait son entrée. Pas très utile en ces temps de couvre-feu, mais prometteur tout de même. Bémols : une absence d’étanchéité et une puce moins prolixe que celle de nombreux concurrents (Snapdragon 765). Signalons un argument massue néanmoins, avec une charge extrêmement rapide : 100 % en 36 minutes seulement, ce qui permet au Reno 4 Pro de se satisfaire d’une simple batterie de 4000 mAh. 799 euros (5G – 6,5’’ – 256 Go/12 Go – 4000 mAh).

Sony Xperia 5 II : le beau joueur

Se distinguant par son écran Full HD + de 6,1’’/15,49 cm au format 21 : 9e (donc un peu allongé), le nouvel Xperia joue une belle partition. Il est idéal pour la vidéo et le jeu avec son écran OLED qui bénéficie d’un rafraîchissement jusqu’à 120 Hz. C’est deux fois plus que d’accoutumée. A travers son mode « Jeu », le terminal peut même simuler un écran jusqu’à 240 Hz ! A l’arrivée : des images extrêmement fluides que les gamers apprécieront. Ses deux haut-parleurs stéréo et sa sortie casque mini-jack 3,5 mm supportent le Dolby Atmos, un bon point pour accompagner les vidéos compatibles (on en trouve sur Netflix et Prime Vidéo).

L'Xperia 5 II de Sony fait la part belle aux gamers.
L'Xperia 5 II de Sony fait la part belle aux gamers. - CHRISTOPHE SEFRIN/20 MINUTES

Capable de filmer en 4K HDR jusqu’à 120 images/seconde, l’ Xperia 5 II peut ainsi immortaliser d’excellents ralentis. Pour la photo, Sony l’a équipé un module arrière avec 3 capteurs de 12 mégapixels, tous stabilisés : 16 mm grand angle ; 24 mm polyvalent et 70 mm. A l’avant, 8 mégapixels pour nous tirer le portrait (avec des résultats pas toujours excellents). A noter la présence d’un déclencheur photo physique et l’arrivée d’un bouton pour convoquer Google Assistant. L’appareil est étanche et peut rivaliser avec l’iPhone 12 Pro. 899 euros (5G – 6,1’’ – 128 Go/8 Go – 4000 mAh).