Technologie : Les tests de grossesse actuels opèrent des calculs plus rapides que le premier PC d’IBM

PROGRÈS Les tests de grossesse actuellement disponibles en pharmarcie embarquent des composants électroniques comparables aux PC 5150 d’IBM

20 Minutes avec agence
— 
Illustration d'un test de grossesse positif.
Illustration d'un test de grossesse positif. — Pixabay

Les tests de grossesse, actuellement vendus en pharmacie pour une dizaine d’euros, renferment une technologie fine et assez avancée. A tel point que les bâtonnets capables d’analyser l’urine seraient aussi puissants que le tout premier ordinateur, commercialisé par IBM au début des années 1980.

Foone, un internaute, s’est amusé à relayer sur Twitter ses conclusions après avoir démonté et analysé un test de grossesse, rapporte Slate. Il s’est aperçu que les composants du test étaient comparables à ceux qu’embarquaient les premiers PC 5150 d’ IBM. Le bâtonnet ne dispose « que » de 64 octets de RAM mais son architecture « lui donne d’assez bonnes performances pour un processeur de 4 mégahertz », indique le twittos.

Une réaction chimique à la base de tout

De son côté, le premier ordinateur d’IBM possédait un microprocesseur de 4,77 mégahertz et une mémoire vive de 16 kilooctets. Mais étant donné les composants du test de grossesse, ce dernier est probablement capable de faire plus rapidement des calculs plus pointus que ceux qui pouvaient être soumis au 5150.

Mais s’ils sont de petits bijoux de technologie, les tests de grossesse ne peuvent pas se passer de la bandelette en papier. C’est en urinant dessus qu’une réaction chimique s’opère, allumant l’appareil et lançant les calculs. Si l’urine contient des traces d’hormone chorionique gonadotrope (HCG), cela signifie que la personne est enceinte.