Etats-Unis : Donald Trump demande à pouvoir bloquer « ses détracteurs » sur Twitter

RESEAUX SOCIAUX Alors qu’il ne cesse de dénoncer la « censure » orchestrée par la plateforme, Donald Trump espère pouvoir à nouveau bloquer ses détracteurs

H. B.

— 

Donald Trump, le 5 août 2020 à Washington.
Donald Trump, le 5 août 2020 à Washington. — Olivier DOULIERY / AFP

Donald Trump espère retrouver le droit de bloquer ses détracteurs sur Twitter. Dans un courrier adressé ce jeudi à la Cour suprême, l’administration Trump a demandé à ce que soit revue une décision de justice de 2018, qui empêche le président des Etats-Unis de bloquer toute personne sur le réseau social.

Après une plainte de sept utilisateurs du réseau social bloqués par Trump, le compte Twitter du président @realdonaldtrump avait été considéré en mai 2018 comme un support de communication public devant se plier aux règles en vigueur en matière de liberté d’expression. « La possibilité de réagir aux fréquents tweets présidentiels, en les commentant, s’inscrit dans l’exercice de la liberté d’expression protégée par le premier amendement de la Constitution », avait fait valoir la justice américaine.

« Les publications relèvent davantage de propos privés que d’ordre gouvernemental »

Les avocats du ministère de la Justice (DOJ) exhortent les juges à annuler leur décision de l’époque, estimant inappropriée la qualification du compte Twitter de Donald Trump comme moyen de communication publique. Ils font valoir aujourd’hui que les diverses publications du président des Etats-Unis sur son compte relèvent « davantage de propos privés que d’ordre gouvernemental ».

Le Knight First Amendment Institute de l’Université Columbia, qui avait déposé la première plainte au nom des sept utilisateurs de Twitter bloqués, a demandé aux juges de rejeter la demande de l’administration Trump. « Cette affaire défend un principe fondamental pour notre démocratie : les fonctionnaires du gouvernement ne peuvent pas exclure les gens des forums publics simplement parce qu’ils sont en désaccord avec leurs opinions politiques », a expliqué sur les réseaux sociaux Jameel Jaffer, le directeur exécutif du Knight First Amendment Institute.

Le compte @realdonaldtrump, qui compte désormais plus de 85 millions d’abonnés, est le moyen de communication privilégié du président. Selon USA Today, depuis la création du compte, le président a « tweeté » plus de 54.000 fois, soit une moyenne d’environ 13 fois par jour.