TikTok : Un clip antisémite visionné des millions de fois avant d’être supprimé par la plateforme

RESEAUX SOCIAUX « Nous ne pouvons pas repérer l’intégralité des contenus inappropriés », a reconnu le réseau social

20 Minutes avec agence

— 

Le réseau TikTok (illustration).
Le réseau TikTok (illustration). — Lionel BONAVENTURE / AFP

Des dizaines de vidéos utilisant comme fond sonore un chant nazi antisémite ont été supprimées de l’appli TikTok. La plateforme avait été alertée de la teneur de ces contenus par la BBC. Un clip mis en ligne ce dimanche mettait notamment en scène un robot en forme de scorpion orné d’une croix gammée. A elle seule, cette vidéo a été visionnée plus de six millions de fois, rapporte le média britannique.

Des vidéos nauséabondes

L’algorithme qui assure le fonctionnement de TikTok est même accusé d’être à l’origine de la popularité de la séquence. Car plus une vidéo est visionnée, plus elle est mise en avant par la plateforme. En tout, une centaine d’utilisateurs ont repris la chanson après le premier clip. Ils ont généré environ 500.000 vues supplémentaires au cours des quelques jours où ils sont restés visibles. Une vidéo montrait par exemple un jeu vidéo de tir dans lequel les munitions étaient des canettes de gaz.

D’autres mettaient en scène un personnage du jeu vidéo Roblox ressemblant à Hitler ou des images tirées de documentaires sur les camps de concentration. « Nous allons en voyage dans un endroit appelé Auschwitz, c’est l’heure de la douche », peut-on entendre dans cette chanson nauséabonde.

TikTok réagit

« Nous ne pouvons pas repérer l’intégralité des contenus inappropriés mais nous améliorons en permanence nos technologies et nos politiques pour nous assurer que TikTok reste un lieu sans danger pour l’expression créative positive », a fait savoir le réseau social.

« TikTok a une obligation toute particulière de s’occuper rapidement de ces contenus parce qu’il se spécialise dans la diffusion de vidéos auprès d’enfants et de jeunes adultes quand ils sont le plus vulnérables », a confié à la BBC Stephen Silverman, de l’organisation britannique Campaign Against Antisemitism. Ce dernier affirme que la plateforme est « un des vecteurs de transmission le plus rapide des mèmes se moquant de l'holocauste ».