Netflix centralise près de 25 % du trafic sur Internet en France

STREAMING Le site est en train de creuser l’écart avec les autres géants de contenus tels que Google ou Facebook

20 Minutes avec agences

— 

Illustration de l'utilisation de la plateforme Netflix.
Illustration de l'utilisation de la plateforme Netflix. — Olivier DOULIERY / AFP

Le champion du streaming Netflix restait en 2019 le premier fournisseur de données sur le réseau Internet français. Il creuse l’écart avec les autres géants de contenus, avant même la période de confinement, selon un rapport publié ce jeudi par l’Arcep, le régulateur des télécoms.

La plateforme représentait l’année dernière environ 23 % du trafic à destination des quatre principaux opérateurs français (FAI), devant Google (15 %), le distributeur de contenus Akamai et Facebook (tous deux à moins de 10 %), selon le rapport sur l’état d’Internet en France. Plus de 50 % du trafic total provient désormais de ces quatre fournisseurs, tous gros diffuseurs de flux vidéos, contre 53 % en 2018.

Davantage de données entrantes

« Ceci indique une concentration de plus en plus nette du trafic entre un petit nombre d’acteurs dont la position sur le marché des contenus est renforcée », explique l’Arcep, qui dit rester « vigilante » sur l’évolution de ces gigantesques échanges de données. En raison de la prédominance en France des plateformes essentiellement américaines, le volume de données entrantes est largement supérieur à celui des données sortantes du territoire. Le taux d’asymétrie est passé d’une donnée sortante pour quatre données entrantes en 2012 à une pour dix en 2019.

Le débit entrant vers les principaux FAI a également augmenté de 22 % pour atteindre 18,4 Térabits par seconde (Tbit/s). La question de la bande passante utilisée par les grandes plateformes s’est posée avec une nouvelle acuité à l’occasion du confinement, qui a entraîné une forte hausse de l’usage d’Internet (environ 30 %), notamment pour assurer le télétravail, l’école à domicile et les divertissements numériques.

Netflix utilise son propre réseau

Les grandes plateformes avaient alors été appelées à baisser la qualité de leurs flux vidéos, mais « on n’a pas vu de baisse du trafic du jour au lendemain chez les grands OTT » (over-the-top), un terme qui définit les fournisseurs de contenus hors opérateurs, a déclaré le président de l’Arcep Sébastien Soriano lors d’un débat à l’issue de la conférence de presse.

La plateforme Disney+ qui n’avait pas prévu son propre réseau de distribution avait également été priée de retarder son lancement en France de quelques jours. Pour assurer une distribution fluide, Netflix utilise pour sa part son propre réseau de quelque 13.000 serveurs installés dans le monde, dans le réseau des opérateurs locaux.