Coronavirus : Apple n’atteindra pas ses objectifs trimestriels

ECONOMIE Très dépendante de sa chaine d'approvisionnement et du marché chinois, l’entreprise a revu ses résultats à la baisse

20 Minutes avec AFP

— 

Une usine Foxconn fabriquant des iPhone pour Apple en Chine (illustration).
Une usine Foxconn fabriquant des iPhone pour Apple en Chine (illustration). — Hon Siu Keung/EPN/NEWSCOM/SIPA

Apple, dernière entreprise dont l’activité est perturbée par le coronavirus. Lundi, le groupe américain a annoncé lundi que sa prévision de chiffre d’affaires pour le deuxième trimestre ne serait sans doute pas atteinte à cause de l’épidémie provoquée par un nouveau coronavirus apparu en Chine, pays crucial pour l’entreprise américaine.

Dans son communiqué, le géant des technologies cite les difficultés d’approvisionnement en iPhone, fabriqués en Chine, et la demande pour ses produits alors que ses magasins sont fermés dans le pays. « Le travail commence à reprendre, mais le retour aux conditions normales prend plus de temps que nous n’avions anticipé », détaille le groupe californien, évoquant une « pénurie d’iPhone qui va temporairement affecter nos revenus dans le monde ».

La croissance mondiale faiblement impactée

Fin janvier, lors de la publication de résultats records grâce à une forte demande pour la gamme d’iPhone 11 sortie avant les fêtes, Apple avait déjà souligné que la grave crise sanitaire entraînait des incertitudes. Le groupe avait donc donné une fourchette de prévision de chiffre d’affaires pour son deuxième trimestre plus large que d’habitude, entre 63 et 67 milliards de dollars.

Côté production, Apple a des sous-traitants dans la région de Wuhan, l’épicentre de l’épidémie, mais aussi des fournisseurs alternatifs. En termes de demande, l’entreprise précise qu’elle n’a diminué qu’en Chine. « Nous sommes en train de rouvrir progressivement nos magasins et nous allons continuer, de la façon la plus régulière et la plus sûre possible », précise Apple, ajoutant que ses bureaux, centres d’appel et magasins en ligne n’ont jamais cessé de fonctionner.

Depuis l’apparition de la maladie en décembre à Wuhan (centre), plus de 1.900 personnes sont décédées et plus de 70.500 ont été contaminées en Chine. La directrice générale du FMI, Kristalina Georgieva a chiffré l’impact à 0,1-0,2 points en moins pour la croissance mondiale, mais a souligné qu’il était encore très difficile d’évaluer l’impact pour l’économie.

Le secteur du luxe touché

Apple n’est pas le premier groupe à modifier ses prévisions à cause de la pneumonie virale. La semaine dernière, Pernod Ricard a révisé à la baisse son objectif annuel de résultat opérationnel courant organique, car la Chine est son deuxième marché, où il réalise 10 % de ses ventes.

L’industrie du luxe est particulièrement concernée. Kering (Gucci, Yves Saint Laurent, etc) a ainsi enregistré une forte baisse de ses ventes en Chine continentale et la maison d’habillement Burberry a averti d’un « impact négatif important ».

Plusieurs constructeurs automobiles sont aussi affectés par le bouclage de la ville de Wuhan. Le deuxième constructeur chinois, Dongfeng, y est implanté, tout comme de multiples sous-traitants, ainsi que les français Renault et PSA. Le japonais Toyota et l’allemand Volkswagen ont eux dû retarder la reprise de la production dans leurs usines d’assemblage.

Le constructeur de véhicules électriques haut de gamme Tesla a annoncé, lors de la publication de ses résultats fin janvier, que sa méga-usine de Shanghai devrait être fermée sur injonction du gouvernement chinois, ce qui causerait des retards dans la production du Model 3 et pourrait légèrement affecter les profits trimestriels du groupe. Disney a de son côté estimé que ses parcs d’attraction à Shanghai et à HongKong pourraient perdre 280 millions de dollars en tout, s’ils restent inaccessibles pendant deux mois.