VIDEO. Nikon Z50: L’appareil photo hybride qui donne envie de lâcher son smartphone

PHOTO Avec son appareil photo hybride Z50, Nikon veut nous donner envie de revenir à lia photo, la vraie, et c’est plutôt réussi

Christophe Séfrin

— 

20 Minutes a testé le premier hybride au format APS-C de Nikon, le Z50.
20 Minutes a testé le premier hybride au format APS-C de Nikon, le Z50. — NATHALIE BLOCH-SITBON
  • Cannibalisé par le smartphone, le monde de la photo se réinvente avec des appareils photo toujours plus simples et offrant une qualité d’image largement supérieure.
  • Mission accomplie par Nikon et son Z50, le premier hybride au format APSC-C de la marque.
  • Vendu à partir de 999 euros, il possède énormément d’atouts et peut donner envie de revenir à la photo, la vraie.

Avouons-le : à moins d’être d’irréductibles puristes de la photo, l’essentiel de nos prises de vues est aujourd’hui réalisé avec nos smartphones. Face à la fuite des acheteurs, les fabricants historiques d’appareils photo ne désarment pas. Ils tentent de séduire le grand public avec des appareils légers, peu encombrants, simples d’emploi et performants. C’est le cas de Nikon et de son Z50, un appareil photo hybride d’entrée de gamme que nous avons pu tester.

Il se fait oublier !

Petit préambule… Le Nikon Z50 est le premier hybride de la marque à intégrer un capteur APS-C*. Il peut prendre des photos en 20,9 mégapixels et tourner des vidéos en 4K jusqu’à 30 images par seconde. Ne disposant pas de miroir, l’encombrement du boîtier s’en trouve réduit (12,6 x 9,3 x 6 cm). Il est aussi léger : 450 grammes « nu ».

L'appareil photo Nikon Z50.
L'appareil photo Nikon Z50. - NIKON

Pendu à notre cou durant deux jours d’essais, le Z50 s’est totalement fait oublier. Un vrai régal lorsque l’on a plutôt pour habitude de se promener avec un Reflex… L’appareil photo intègre également une monture « Z ».

Le Z50 de Nikon, son capteur APS-C et son pancake 16-50 extrêmement compact.
Le Z50 de Nikon, son capteur APS-C et son pancake 16-50 extrêmement compact. - CHRISTOPHE SEFRIN/20 MINUTES

Introduite par Nikon en 2018 pour ses premiers appareils photo hybrides (les Z6 et Z7), elle permet d’adapter au boîtier des optiques beaucoup plus compactes.

Une ergonomie bien pensée

Une fois en main, on apprécie instantanément la profondeur de la poignée du Z50. Elle offre à l’appareil photo une préhension extrêmement ferme, même lorsque l’on a de grosses paluches. On a véritablement plaisir à l’avoir en main. L’ergonomie est vraiment bien pensée. Outre son écran de 3,2’’/8 cm tactile et orientable, notre hybride dispose d’un viseur électronique OLED. Autant nous restions dubitatifs sur la pertinence de tels viseurs (en opposition aux viseurs optiques) il y a quelques années, autant le viseur du Z50 avec ses 2,36 millions de pixels (XGA) s’avère parfaitement défini, mais aussi extrêmement lumineux. On retrouve avec lui le plaisir simple de la visée, bien loin de celle sur un écran de smartphone.

Photos de nuit impeccables

On se familiarise ainsi rapidement avec l’usage du Z50. Avec son optique 16-50 mm ou 50-250 mm, sortir du mode Automatique s’impose pour explorer les possibilités du boîtier.

Le Nikon Z50 propose une montée en ISO sans bruit jusqu'à 6400 ISO.
Le Nikon Z50 propose une montée en ISO sans bruit jusqu'à 6400 ISO. - CHRISTOPHE SEFRIN/20 MINUTES

Avec une montée en ISO de 100 à 51.200, le Z50 se plie à toutes les conditions de luminosité. La présence du bruit numérique n’apparaît que tardivement : à partir de 6400 ISO. Nous avons notamment longuement testé l’appareil en ville, de nuit, avec des résultats tout à fait convaincants et des images nettes. Pratique pour des Portraits sans faille, la détection AF des yeux garantit une netteté irréprochable avec un flou d’arrière-plan certes moins présent qu’en plein format, mais joliment dosé.

Il est possible d'apposer des filtres directement dans l'appareil.
Il est possible d'apposer des filtres directement dans l'appareil. - CHRISTOPHE SEFRIN/20 MINUTES

Surprise aussi en laissant l’index sur le déclencheur : le mode rafale du Z50 à 11 images par seconde sait capturer l’image qui fera mouche. Intégrant de nombreux modes Scène, le Z50 se dote également de différents filtres.

A l’arrivée, la qualité des prises de vues du Z50 a de quoi séduire tant les amateurs photo déjà éclairés que les profanes.

L'application Snapbridge pour transférer en quelques secondes les prises de vues réalisées dans un smartphone.
L'application Snapbridge pour transférer en quelques secondes les prises de vues réalisées dans un smartphone. - NIKON

La possibilité de transfert en Wifi ou Bluetooth de ses clichés vers un smartphone est aujourd’hui un incontournable. Nikon le rend possible avec son application Snapbridge qui se révèle bien pratique si l’on a envie de partager ses prises de vues sur les réseaux sociaux rapidement. Maintes fois répétée lors de notre test, l’opération s’est toujours déroulée sans anicroche.

Tout n’est pas parfait…

Reste quelques petits points perfectibles tout de même. Le capteur du Z50 n’est pas stabilisé. Les deux optiques qui accompagnent sa sortie** le sont. Etrangement en 2019, Nikon ne propose pas de prise USB-C sur son boîtier. Petit raté enfin pour les selfies : l’écran arrière du Z50 pivote vers le bas seulement et non vers le haut, ce qui ne permettra pas de l’utiliser avec un trépied pour ce type de vue.

Des selfies possibles, mais l'écran de visée situé sous l'appareil.
Des selfies possibles, mais l'écran de visée situé sous l'appareil. - NIKON

Vient le moment de zoomer sur le budget. Le Nikon Z50 est proposé « nu » à 999 euros, à 1149 euros en kit (16-50 VR) et 1399 euros en double kit (16-50 VR et 50-250 VR). C’est un investissement, certes, mais à l’heure où beaucoup sont prêts à dépenser plus de 1000 euros pour s’acheter un smartphone haut de gamme pour faire « de belles photos » et qu'il ne conserveront que 2 ou 3 ans, il mérite d’être remis en perspective…

*Avec une diagonale 1,5 fois environ inférieure à celle d’un capteur plein format (24 x 36 mm), le capteur APS-C (16 x 24 mm) possède une longueur focale inférieure à celle du plein format. Résultat : le champ de vision sera significativement réduit.

** Pancake 16-50 mm (f/3.5-6.3 VR) et téléobjectif 50-250 mm (f/4.5 – 6.3 VR). Bague d'adaptation pour objectifgs Nikkor en option à 159 euros.