Amazon : Une intelligence artificielle rédigera les ordonnances à la place des médecins

SANTÉ L'outil de retranscription automatique des paroles échangées entre patient et médecin est conçu pour recentrer l'attention du professionnel sur le malade

20 Minutes avec agence

— 

Amazon, illustration
Amazon, illustration — Yichuan Cao/Sipa USA/SIPA

Amazon a présenté ce mardi un nouvel outil destiné à simplifier le travail des médecins pendant les consultations, afin qu’ils puissent accorder plus de temps et d’attention à leurs patients. Baptisé Amazon Transcribe Medical, le dispositif retranscrit automatiquement les échanges verbaux entre le malade et le soignant, dispensant ce dernier de prendre des notes sur son ordinateur, explique CNBC.

Un logiciel autonome et médicalement pertinent

L’outil a été dévoilé lors de la traditionnelle conférence re : Invent d’Amazon et mis à disposition dans la foulée. Les créateurs d’Amazon Transcribe Medical ont expliqué que leur produit était conçu pour intégrer directement les échanges aux dossiers médicaux numériques des patients.

Contrairement à d’autres outils de dictée de notes, le logiciel d’Amazon insère la ponctuation dans le texte de lui-même. Le programme reconnaît également les termes médicaux, grâce au travail des développeurs sur les « termes et abréviations spécifiques au secteur » médical. Il promet donc aux clients d’Amazon un degré élevé d’exactitude, particulièrement important dans le domaine de la santé.

La question des données personnelles

Les praticiens utilisent en effet des expressions dans lesquelles une syllabe différente peut parfois changer radicalement la signification du mot. En cas de retranscription erronée, d’éventuels problèmes de diagnostic peuvent se poser. L’autre difficulté d’Amazon est de déployer son outil auprès des médecins tout en assurant la confidentialité des échanges et la protection des données personnelles des patients.

Matt Wood, vice-président en charge de l’intelligence artificielle chez Amazon Web Services, s’est exprimé sur le sujet lors de la conférence. Il a expliqué qu’il revenait aux utilisateurs de l’outil de s’assurer que leur recours au programme respectait les règles en vigueur, avec lesquelles le service est compatible.