Une pile alimentée par la transpiration vient d’être mise au point par des scientifiques

INVENTION Des chercheurs français et américains ont mis au point une pile qui épouse la forme du corps humain et puise son énergie… à partir de la sueur

20 Minutes avec agence

— 

La pile épouse la forme du corps et est alimentée avec la sueur.
La pile épouse la forme du corps et est alimentée avec la sueur. — Xiaohong Chen, Département de chimie moléculaire (CNRS/Université Grenoble Alpes)

Une équipe du CNRS de Grenoble et des chercheurs californiens ont créé un prototype de pile alimenté par la sueur du corps humain.

Le dispositif mis au point est « une pile flexible et extensible » qui adhère à la peau. Il est capable de produire de l’énergie électrique à partir « de composés présents dans la transpiration », a indiqué le CNRS dans un communiqué publié le 25 septembre et relayé par BFM TV.

Capable d’alimenter une LED

L’avantage de cette « biopile » est de s’adapter à la forme du corps, qui est composée d’un « tissu conducteur flexible ». Avec ce procédé, l’électricité est produite « par réduction de l’oxygène et par oxydation du lactate présent dans la transpiration ». L’énergie récupérée est faible mais la pile est composée d’un amplificateur de tension qui lui permettrait « d’allumer une LED en continu », d’après le CNRS.

Sa fabrication est simple, « respectueuse de l’environnement » et ne nécessite pas l’usage de composés onéreux. Le procédé le plus coûteux de ce dispositif est « lié à la production des enzymes » qui permettent la transformation des composants de la sueur, détaille le communiqué.

Une utilisation en médecine et en sport

Les chercheurs vont à présent tenter de booster les capacités de cette biopile pour, à terme, alimenter des éléments plus consommateurs en énergie qu’une LED. Elle pourrait permettre d’élaborer des dispositifs de surveillance en sport et en médecine. Un brevet de cette invention vient d’être déposé.