Pourquoi les prévisions météo sont-elles aussi différentes d’une application à l'autre?

METEO Les prédictions disponibles sur les applications installées par défaut sur nos smartphones diffèrent bien souvent entre elles

Hakima Bounemoura

— 

Regarder sur leur smartphone le temps qu’il fait ou qu’il fera est devenu un réflexe quotidien pour de nombreux Français.
Regarder sur leur smartphone le temps qu’il fait ou qu’il fera est devenu un réflexe quotidien pour de nombreux Français. — V. WARTNER / 20 MINUTES
  • Des centaines d'applications différentes sont disponibles pour nous aider à décrypter les caprices du temps. Celles disponibles par défaut sur iPhone et Androïd sont les plus utilisées.
  • Les prévisions de ces applications diffèrent bien souvent entre elles.
  • Chaque appli a recours à des algorithmes et à des modèles météorologiques différents pour ses prédictions.
  • Ces prévisions sont toutefois considérées à court-terme comme «fiables» par les spécialistes.

Regarder sur nos smartphones le temps qu’il fait ou qu’il fera est devenu un réflexe quotidien pour de nombreux Français. En cette période de canicule, où les températures ont parfois atteint des records, certains ont pu noter que les prévisions pouvaient très sensiblement varier de plusieurs degrés entre les applications installées par défaut sur nos téléphones, et celles annoncées par Météo France.

De quoi s’y perdre un peu, surtout quand on sait qu’aujourd’hui il existe pas moins d’une centaine d’applications différentes disponibles pour nous aider à décrypter au quotidien les caprices du temps. Pourquoi ces applis ne prévoient-elles pas toutes la même météo, la même température ? Comment les prévisions sont-elles élaborées ? Faut-il y voir un manque de fiabilité ? 20 Minutes a tenté de vous apporter quelques éléments de réponse.

Des bases de données différentes…

Les applications météorologiques n’utilisent pas les mêmes données pour prédire le temps. « Celles que l’on trouve sur iPhone (The Weather Channel) ou sur smartphone Samsung (AccuWeather) n’utilisent pas la même base que celle utilisée par Météo France. La plupart de ces applis ont recours au modèle américain [GFS], qui est en libre-service, et non au modèle européen [ECMWF] », explique à 20 Minutes Etienne Kapikian, prévisionniste à Météo France. « Ces données sont des sorties brutes. Elles ne sont pas expertisées par un prévisionniste, et ne font donc très souvent l’objet d’aucune interprétation humaine ».

Autre grande différence, « ces prédictions se font en général sur des données d’observation météorologiques relevées sur l’ensemble du globe » qui proviennent de satellites météorologiques, de stations installées au sol, de capteurs embarqués sur des avions de ligne ou sur des navires de commerce. Alors qu’à Météo France, « nos prévisions se basent aussi sur des données recueillies à l’échelle locale. Nous prenons en compte différents facteurs [direction et vitesse du vent…] qui peuvent assez vite faire basculer une prédiction », ajoute le prévisionniste.

… Et des algorithmes différents

L’utilisation de différentes données brutes par chaque appli n’est pas la seule explication à ces différences. Chaque service a également recours à des méthodes de calcul différentes pour ses prédictions. « D’une application à l’autre, les algorithmes ne sont pas les mêmes », confirme Etienne Kapikian. « La traduction en pictogramme, très délicate, nécessite des méthodes de calcul assez fines ». A défaut, les prévisions risques d’être relativement basiques, avec une simple indication de soleil ou de pluie.

« Nous intégrons constamment de nouveaux jeux de données, et nous cherchons à améliorer nos algorithmes », expliquait l’an dernier au Guardian Jonathan Porter, vice-président d’AccuWeather. La Chaîne Météo, éditée par Météo Consult, utilise également son propre algorithme. « Nous développons, en interne, une méthode de calcul (un ensemble de formules) permettant d’ajouter à nos résultats des normes statistiques », explique l’application.

Les prévisions que l’on peut consulter sur nos smartphones, au final, sont-elles vraiment fiables ? The Weather Channel (application par défaut sur iPhone, aussi utilisé par Google) et AccuWeather (application par défaut sur Samsung) ont des prévisions à court terme en France assez similaires, considérées comme « fiables » par la plupart des spécialistes. Mais lorsqu’on regarde les prévisions à plus ou moins long terme, les différences sont nettement plus marquées. Pour la journée du dimanche 7 juillet (J + 6), par exemple, l’un donne un grand soleil à Paris​ avec une température moyenne de 26°, quand l’autre indique un temps nuageux avec un thermomètre qui ne grimpera pas au-dessus des 22°. A vous de faire votre choix…