Un exercice de SVT véhiculant des «clichés sexistes» distribué à des collégiens de 3e

SEXISME La capture d’écran d’un exercice de Sciences de la vie et de la Terre (SVT), publiée sur les réseaux sociaux, suscite depuis quelques jours des réactions indignées de la part des internautes

Hakima Bounemoura

— 

L'exercice de SVT a été posté sur les réseaux sociaux par la belle-mère d'un élève.
L'exercice de SVT a été posté sur les réseaux sociaux par la belle-mère d'un élève. — Capture d'écran Twitter

« Consternant », « affligeant », « honteux »… La capture d’écran d’un exercice de SVT, publiée sur les réseaux sociaux, suscite depuis quelques jours des réactions indignées de la part des internautes. Distribué à des élèves de 3e d’un collège de Limoges, ce devoir de Sciences de la vie et de la Terre, censé aborder les différences entre hommes et femmes, fait la part belle aux « clichés sexistes ». « Je vous laisse apprécier la pertinence des dessins pour aborder la notion "tous différents". Nous ne sommes pas sortis de l’auberge Monsieur le Ministre de l’Education nationale ! », a d’abord tweeté mi-mars une internaute, en interpellant le ministre Jean-Michel Blanquer.

La capture d’écran de cet exercice jugé « sexiste » a ensuite été reprise et partagée par des comptes féministes. Sur l’illustration, « un homme montre ses muscles, une femme ses fesses. Il domine (représenté en contre-plongée), elle est soumise (point de vue surplombant). Elle aime les accessoires hypersexualisés, ses cheveux défient la gravité… », commente une autre internaute:

Une enquête diligentée par le rectorat pour identifier l’établissement

Le rectorat de l’académie de Limoges indique à 20 Minutes avoir été alerté au mois de mars. L’inspecteur de la discipline (SVT) a ensuite été dépêché sur les lieux pour enquêter sur les conditions d’utilisation de ce document, « manifestement tout à fait inadapté », ajoute le rectorat.

Selon l'inspecteur, cet exercice a été soumis aux collégiens lors d’une séance en début d’année scolaire, au mois de septembre. « L’enseignante qui a exploité le document a indiqué qu’il était issu d’un blog et qu’il ne provenait donc pas d’une source officielle ou validée par les corps d’inspection », précise le rectorat de l’académie de Limoges.

L’enseignante plaide « une maladresse »

L’enseignante a expliqué avoir utilisé le document pour une séance « consacrée aux caractères héréditaires et non héréditaires » précisément pour « sensibiliser les élèves sur les préjugés sexistes présents dans notre société et susciter un débat avant d’entrer dans la problématique scientifique de la séance », indique le rectorat. Elle a immédiatement reconnu avoir « commis une maladresse » et n'avoir pas « imaginé les conséquences d’un tel document sorti de son contexte et du scénario précis de la séance ».

A la suite de cet incident, l’inspecteur a demandé à l’ensemble des enseignants de SVT de l’académie de ne pas recourir au blog en question. Il a également appelé « à la plus grande vigilance et à la plus grande rigueur quant au choix des sources et des documents de travail, tout en rappelant l’intérêt de recourir aux seuls sites institutionnels ».

Ce n’est pas la première fois que des « clichés sexistes » sont ainsi véhiculés à travers des exercices ou manuels scolaires. Selon une étude publiée en 2018 par le Centre Hubertine-Auclert, les femmes sont sous-représentées et les stéréotypes sexistes perdurent, notamment dans les manuels d’enseignement moral et civique.