Raquel Garrido ironise sur Castaner en se servant des manifestants écrasés au Venezuela

RÉSEAUX SOCIAUX L’ex-porte parole de la France insoumise a créé le malaise en commentant une vidéo montrant des manifestants écrasés au Venezuela

V.V.

— 

Raquel Garrido dans «On n'est pas couché», le 16 décembre 2017.
Raquel Garrido dans «On n'est pas couché», le 16 décembre 2017. — Capture d'écran France 2

Raquel Garrido aurait dû se souvenir qu’il faut toujours tourner sept fois ses pouces sur eux-mêmes avant de tweeter… L’ancienne porte-parole de La France Insoumise, aujourd’hui chroniqueuse sur la chaîne C8, a créé un début de polémique sur Twitter en commentant une vidéo montrant la situation tendue au Venezuela où l’opposant Juan Guaido tente de renverser le président contesté Nicolas Maduro.

Les images montrent des manifestants réunis sur une grande route et qui s’en prennent à des blindés de l’armée. Tout d’un coup, l’un des blindés fonce dans la foule et semble même écraser plusieurs personnes au passage. Lors de la journée de mardi, plusieurs personnes ont été blessées dans la capitale Caracas.

Un coup de fil de Castaner ?

A 0h44, Raquel Garrido a décidé de retweeter cette vidéo afin de dresser un parallèle avec la politique du maintien de l’ordre menée par Christophe Castaner, le ministre de l’Intérieur. « Ils avaient reçu un coup de fil de Castaner déclarant ‘’la manif n’est pas déclarée’’ », a-t-elle écrit au sujet des militaires violents.

Sans surprise, son tweet a créé un début de polémique qui l’a forcée à réagir, ce mercredi matin. Après avoir expliqué qu’elle voulait bien écouter les indignations sauf « celles des macronistes radicalisés qui n’ont fait que justifier les mutilations des gilets jaunes », elle a indiqué qu’elle ne soutenait pas Nicolas Maduro dans un message accompagné du mot-dièse « #clarification ». Pas sûr…