Les «gilets jaunes» lancent leur propre plateforme, baptisée «Le vrai débat»

POLITIQUE Le site, qui sera lancé lundi, s’appuie sur la même technologie que celle du gouvernement, un outil conçu par l'entreprise Cap Collectif. A la différence près que la société n’a rien facturé aux «gilets jaunes»...

H. B.

— 

Les «gilets jaunes» vont lancer leur propre plateforme baptisée «Le Vrai Débat».
Les «gilets jaunes» vont lancer leur propre plateforme baptisée «Le Vrai Débat». — Capture du site le-vrai-debat.fr

Ils ne veulent pas du « grand débat », mais du « vrai débat »… Des militants « gilets jaunes » de plusieurs régions se sont associés pour créer leur propre plateforme nationale, baptisée « Le vrai débat ». Cette interface, qui a pour but de « collecter les revendications », a été présentée en direct sur le groupe Facebook de Maxime Nicolle, alias « Fly Rider », et sera officiellement lancée lundi 28 janvier.

Elle s’appuie sur la même technologie que celle du gouvernement, un outil conçu par l’entreprise Cap Collectif… à la différence près que la société n’a rien facturé au mouvement. L’entreprise a en effet mis son logiciel à disposition gratuitement pour les « gilets jaunes », mais pas pour le gouvernement.

« Pas de concurrence » et « pas de fusion » entre les deux plateformes

« Les "gilets jaunes" de l’île de la Réunion, puis des régions Paca, Midi-Pyrénées, Aquitaine et Bretagne ont sollicité Cap Collectif dès le mois de décembre 2018. Leur objectif commun : trouver un moyen de collecter, classer, reformuler et co-construire des revendications claires et opérationnelles, localement », expliquent sur leur site les « gilets jaunes » à l’origine de cette plateforme.

« Dans un deuxième temps, les administrateurs des plateformes régionales se sont associés en collectif pour demander à Cap Collectif la mise à disposition d’une instance nationale. Ainsi est né Le vrai débat ». Cyril Lage, le PDG de Cap collectif, rejette toute idée « d’une concurrence » entre la plateforme des « gilets jaunes » et celle du gouvernement.

« Ce sont juste les principes et les valeurs que j’applique depuis la création de l’entreprise. On est agnostique. On est là pour accompagner tout le monde, les décideurs ou les collectifs », explique le chef d’entreprise sur la page « Historique » de la plateforme, qui se veut pédagogique. « Cyril Lage se positionne comme personne neutre, qui œuvre pour la démocratie ouverte, que les gilets jaunes réclament depuis le début du mouvement », ajoutent les « gilets jaunes » sur leur site.

« On ne sait pas comment seront traitées les réponses collectées par le gouvernement »

Il n’est donc pas question de « concurrence », mais pas question non plus d’une fusion entre les résultats obtenus sur « le grand débat » gouvernemental et « le vrai débat ». « Je pense que les "gilets jaunes" fourniront leur propre synthèse des résultats », a indiqué Cyril Lage à BFMTV.

Au sein du mouvement des « gilets jaunes », la méfiance est grande concernant les risques de collecte de données par le gouvernement. Maxime Nicolle, figure des « gilets jaunes », a d’ailleurs appelé sur Facebook au boycott du débat organisé par le gouvernement. « On ne sait pas comment seront traitées et gérées les réponses collectées par le gouvernement », explique-t-il.

Plusieurs grands thèmes pourront être débattus en ligne dès lundi. Le site du « vrai débat » évoque, entre autres, les institutions, le RIC, l’Europe, la santé, les comptes publics, le sport et l’éducation. Une section sera également dédiée à de « l’expression libre ».