Piratage: Une faille découverte dans les chargeurs de véhicules électriques

CYBERSECURITE Des spécialistes russes en cybersécurité ont découvert une faille importante de sécurité dans les chargeurs de voitures électriques…

20 Minutes avec agence
— 
Des hackers pourraient profiter d'une faille des chargeurs de véhicules électriques. (Illustration)
Des hackers pourraient profiter d'une faille des chargeurs de véhicules électriques. (Illustration) — A.Gelebart/20 Minutes

Les chargeurs des véhicules électriques comporteraient des failles qui pourraient permettre à des hackers de pirater le réseau domestique. C’est en tout cas ce qu’affirme Kaspersky Lab, spécialiste russe de la cybersécurité.

L’entreprise aurait récemment découvert « une faille informatique majeure » dans le chargeur d’un véhicule électrique fabriqué par un célèbre constructeur, selon des informations relayées le 27 décembre par le site Presse-Citron.

Des conséquences potentiellement graves

Selon Kaspersky Lab, cette faille permettrait à des hackers d’infiltrer le réseau domestique auquel est relié le véhicule. Ainsi, les personnes mal intentionnées pourraient tout à fait accéder aux objets connectés sur le réseau, ainsi qu’aux différentes données collectées par ces objets.

Pour les utilisateurs, les conséquences de ce genre de piratage pourraient s’avérer désastreuses. Les spécialistes russes affirment que les hackers pourraient modifier le courant de charge du véhicule électrique, générer une surcharge ou un incendie, voire même provoquer une explosion de la batterie de la voiture, tout cela à distance. Une perspective inquiétante pour les potentiels acquéreurs d’un véhicule connecté.

Le constructeur reste anonyme

Kaspersky Lab a informé le constructeur de cette faille, afin qu’il puisse appliquer un correctif. Toutefois, la multinationale russe a refusé de préciser son nom.

Pour se protéger contre le piratage informatique, l’entreprise russe rappelle quelques règles de sécurité primordiales. Elle recommande notamment d’utiliser des mots de passe complexes, de les modifier régulièrement, de ne jamais laisser celui par défaut, ou encore d’utiliser des mots de passe différents pour chacun des objets connectés de la maison.