Chine: Le gouvernement aurait accès aux données de géolocalisation des voitures électriques

DONNEES PERSONNELLES Plusieurs dizaines de constructeurs automobiles mondiaux ont cédé aux exigences du gouvernement chinois sur la collecte de données personnelles…

20 Minutes avec agence
— 
Une voiture électrique (illustration).
Une voiture électrique (illustration). — Martin Meissner/AP/SIPA

En Chine, plus de 200 constructeurs mondiaux de véhicules électriques ou hybrides ont fourni au gouvernement des données personnelles des conducteurs, selon des informations de l’agence Associated Press relayées lundi par le site Numerama.

Volkswagen, BMW, Nissan, Ford, Mitsubishi… Tous ces constructeurs ont transmis aux autorités chinoises des données de géolocalisation en temps réel provenant des véhicules, ainsi que plusieurs dizaines d’autres types de données. Et ce, à l’insu des automobilistes chinois.

Des véhicules sous surveillance

Le gouvernement chinois impose la collecte de données sur les véhicules dits « propres ». Ces données sont recueillies en temps réel, officiellement dans le but d’améliorer la sécurité publique, de faciliter le développement industriel, voire de mettre à jour certains cas de fraude aux subventions.

Ce procédé invasif est dénoncé par plusieurs organismes de défense des droits humains, dont l’organisation non gouvernementale Human Rights Watch. « Le gouvernement veut savoir où sont les gens à n’importe quel moment de la journée », indique Maya Wang, chercheuse et membre de l’organisation. « Il n’y a aucune protection contre la surveillance étatique », a-t-elle précisé.

Un cas unique dans le monde

Certains des constructeurs impliqués, dont le groupe Volkswagen ont reconnu avoir cédé « aux exigences du gouvernement chinois », explique Numerama, tout en sachant qu’il était possible que ces données soient utilisées pour surveiller des citoyens. Par ailleurs, Associated Press assure que l’anonymat de ces données ne peut pas être garanti.

Il s’agit d’un cas unique, puisque les autres grands marchés automobiles comme les Etats-Unis, le Japon et l’Europe ne collectent pas de telles données. Le marché de l’automobile chinois représente un enjeu majeur pour les constructeurs. Il pourrait peser près de 750 milliards de dollars d’ici à 2030.