Microsoft Edge: Google a-t-il saboté intentionnellement le navigateur?

ACCUSATIONS Un ancien stagiaire de Microsoft accuse Google d'avoir intentionnellement modifié ses sites dans le but de nuire à ses concurrents...

20 Minutes avec agence

— 

Le logo du navigateur Chrome de Google.
Le logo du navigateur Chrome de Google. — M. Lennihan/AP/SIPA

Un ex-stagiaire de Microsoft accuse Google de modifier intentionnellement ses sites web, parmi lesquels YouTube. L'objectif est de « casser » les navigateurs concurrents comme Microsoft Edge, selon des informations parues sur le site anglophone HackerNews.

Selon Joshua Bakita, Google procèderait à des changements réguliers de code dans certains de ses sites dans le but de provoquer des lenteurs et de lasser les utilisateurs des navigateurs autres que Google Chrome. Pour rester compatibles avec les services Google, ces navigateurs que sont comme Safari ou Edge.P seraient forcés de se mettre à jour régulièrement. 

Des modifications dans le code de YouTube 

Joshua Bakita estime même qu'Edge a été supérieur à Chrome sur YouTube, mais que Google a ensuite choisi de modifier le code pour repasser devant son concurrent, plutôt que d'améliorer ses propres fonctionnalités.

« Bien que je ne sois pas entièrement sûr que YouTube a été modifié intentionnellement dans le but de ralentir Edge, beaucoup de mes collègues en sont convaincus - et ce sont eux qui ont examiné le problème de plus près, écrit l'ancien stagiaire sur HackerNews. Pour ne rien améliorer, lorsque nous lui avons demandé, YouTube a refusé de supprimer la «div» (balise dans le code HTLM) vide cachée et n'a pas donné d'explications ». 

Google nie toute manoeuvre intentionnelle

De son côté, Google a réfuté toutes les accusations de sabotage. Pour le géant du Web, la «div» vide de YouTube était un simple bug informatique, qui a été corrigé depuis.

« YouTube n'ajoute pas de code conçu pour neutraliser les optimisations des autres navigateurs et agit rapidement pour corriger les bugues détectés », a déclaré un porte-parole de la firme à The Verge. Et d'ajouter : « Nous collaborons régulièrement avec d'autres éditeurs de navigateurs via les organismes de normalisation, le projet Web Platform Tests, le projet open source Chromium... pour améliorer l'interopérabilité des navigateurs. »