VIDEO. CES 2019 Las Vegas : Un ticket pour l’Amérique, un partenariat avec Citroën, la belle histoire de Boarding Ring

TECHNOLOGIE Boarding Ring s'est spécialisée dans la lutte contre le mal des transports. Ses récentes innovations l'ont propulsé sur le devant de la scène... 

Mathilde Ceilles

— 

Les lunettes Seetroen ont été conçues par la petite start-up Boarding Ring
Les lunettes Seetroen ont été conçues par la petite start-up Boarding Ring — Citroën Communication / DR
  • La start-up Boarding Ring fait partie des 55 start-up de la région Paca à s'envoler à Las Vegas.
  • Elle a déjà fait beaucoup parler d'elle avec ses Boarding glasses, qui permettent de lutter contre le mal des transports
  • Appliquée à la réalité virtuelle, la technologie Boarding Var a déjà été récompensée d'un CES Innovation Award.

La start-up varoise Boarding Ring fait partie de la cinquantaine d’entreprises de la région Paca à embarquer pour Las Vegas, après une année faste. Leur spécialité ? Concevoir des objets qui enlèvent toute sensation de mal au cœur. Retour sur la success story d’une petite start-up qui voit grand.

Une structure familiale. La start-up a été créée en 2015 par Hubert Jeannin, qui s’est associé à ses deux fils, Antoine et Renault, et à une amie, Marie-Lou Suc. L’entreprise est enregistrée à Ollioules, une petite commune du Var. Elle compte aujourd’hui quatre personnes. L’entreprise s’est spécialisée dans la conception d’objets qui permettent d’éviter la désagréable sensation de mal au cœur.

Un partenariat avec Citroën. Une innovation a particulièrement boosté la croissance de la start-up varoise. L’objet est pourtant petit, et bien léger, mais il pèse déjà lourd dans le monde de l’automobile. Il y a quelques mois, Boarding Ring a mis au point des lunettes de voyage qui permettent de lutter contre le mal des transports. « Il s’agit de resynchroniser l’œil avec l’oreille interne, car cette désynchronisation est à l’origine du mal des transports », explique Antoine Jeannin. Les lunettes, baptisées Boarding glasses, comportent un liquide bleu qui bouge selon le mouvement du véhicule. Cela permet à l’œil de ne plus ressentir ce « décalage » à l’origine du mal au cœur, et ce en une poignée de minutes.

Avec ces lunettes, la start-up varoise a fait sensation, et attiré notamment l’attention de Citroën, avec qui elle a entamé récemment une collaboration. Depuis cet été, le produit est vendu dans les concessions de la célèbre marque automobile française et sur son site internet sous le nom de Seetroën. « Nous en avons vendu 15.000 unités », se réjouit Antoine Jeannet.

Les lunettes Boarding glasses sont efficaces en une dizaine de minutes
Les lunettes Boarding glasses sont efficaces en une dizaine de minutes - Antoine Jeannin

A la conquête du virtuel à Vegas Forte de cette expérience sur ce marché, Boarding Ring fait partie des 55 start-up de la délégation de la région Paca à mettre le cap pour le CES de Vegas. Et cette fois, Antoine Jeannin et ses équipes se fixent un objectif pour le moins original : celui de conquérir le marché… du mal au cœur dans le monde « virtuel ». La start-up varoise a en effet conçu des lunettes qui permettent de lutter contre la sensation nauséeuse que l’on peut éprouver dans le cadre d’un jeu ou une expérience en réalité virtuelle.

Et ce, pour les mêmes raisons que dans une voiture : le décalage entre le mouvement que perçoit l’œil et l’inertie réelle du corps. « Près de 45 % des utilisateurs ressentent des nausées au bout de quelques minutes d’immersion, ce qui constitue un frein au développement plus large de cette technologie », affirme Antoine Jeannin. Avec Boarding Var, la start-up a donc mis au point un module complémentaire adaptable à tous les casques de réalité virtuelle, qui permet de resynchroniser l’œil avec le sens de l’équilibre. Une technologie qui a été couronnée d’un CES Innovation Award à Paris il y a quelques mois. De quoi placer le voyage à Vegas sous les meilleurs auspices…

​​​​