Bad news : Incarnez un magnat des « fake news » avec ce jeu en ligne

SERIOUS GAME L'objectif ? Décrypter et sensibiliser sur les stratégies de désinformation...

Mathilde Cousin

— 

Les créateurs du jeu veulent sensibiliser aux fausses infos en proposant d'incarner un créateur de fake news.
Les créateurs du jeu veulent sensibiliser aux fausses infos en proposant d'incarner un créateur de fake news. — Bad News
  • Le jeu Bad News vous propose de vous glisser dans la peau d’un créateur de fausses nouvelles.
  • A chaque étape, le joueur est sensibilisé à différentes stratégies de création de fake news.

Et si vous vous plongiez dans la peau d’un créateur de fausses infos ? C’est ce que propose le jeu Bad News, disponible en ligne. Des journalistes, chercheurs et experts hollandais, accompagnés de chercheurs de l’université de Cambridge, ont élaboré ce jeu pour expliquer les mécanismes des fake news, comme elles sont communément désignées. Le site n’est pour l’instant disponible qu’en anglais.

Le jeu Bad News glisse l'internaute dans la peau d'un créateur de fausses informations.
Le jeu Bad News glisse l'internaute dans la peau d'un créateur de fausses informations. - Capture d'écran Bad News

Le but de ce jeu ? Devenir un magnat de la désinformation, en construisant son site internet et en acquérant une communauté fidèle d’abonnés sur les réseaux sociaux. Mais ces abonnés peuvent exprimer leur mécontentement. « Abandonnez toute prétention à l’éthique et choisissez la voie qui établira votre personnage comme un magnat des médias peu scrupuleux », expliquent les créateurs.

Gagner des abonnés

A chaque étape, le joueur est confronté à plusieurs choix. Il risque de perdre des abonnés ou de la crédibilité si ces mensonges sont trop voyants ou, au contraire, il décide de se rapprocher de l’éthique journalistique.

Le jeu détaille le rôle des abonnés dans la propagation des fausses informations.
Le jeu détaille le rôle des abonnés dans la propagation des fausses informations. - Capture d'écran Bad News

En progressant, le joueur est familiarisé avec plusieurs stratégies de la désinformation : lever une armée de trolls, jouer sur les émotions ou sur les antagonismes, ou encore jeter le discrédit sur un contradicteur.

Au cours du jeu, des badges viennent «récompenser» le joueur qui a appliqué une tactique de désinformation.
Au cours du jeu, des badges viennent «récompenser» le joueur qui a appliqué une tactique de désinformation. - Capture d'écran Bad News

L’idée n’est pas, bien évidemment, d’apprendre à créer son empire de fausses nouvelles, mais de sensibiliser aux mécanismes de la désinformation. Les créateurs se sont inspirés d’un rapport de l'OTAN sur les stratégies de désinformation.

Une étude associée au jeu

Ce jeu a également une visée scientifique : une courte étude est proposée au joueur au début ou à la fin de la simulation. L’internaute doit noter la fiabilité de plusieurs sources. Le résultat sera publié dans le Journal of Risk Research, précise le Guardian.

Ce n’est pas la première fois qu’un jeu est développé pour sensibiliser à cette thématique : la RTS a lancé mi-février le site what the fake (en français). L’American University Game Lab est derrière Factitious, tandis que le jeu PolitiTruth a été lancé avec le site américain Politifact. Les fausses nouvelles et leur propagation continuent d’inspirer les créateurs de jeux vidéo.

>> Vous souhaitez que l’équipe de la rubrique Fake off vérifie une info ? Réagissez dans les commentaires ou envoyez un mail à l’adresse contribution@20minutes.fr.

20 Minutes est partenaire de Facebook pour lutter contre les fake news. Grâce à ce dispositif, les utilisateurs du réseau social peuvent signaler une information qui leur paraît fausse.