VIDEO. Investir «les yeux fermés» dans le bitcoin, la publicité risquée de Nabilla

CRYPTO-MONNAIES La vedette de téléréalité a invité fin décembre ses fans à s’inscrire sur un site de trading spécialisé dans le bitcoin basé dans la principauté d’Andorre…

H.S.
— 
Nabilla a posté une vidéo sur son compte Snapchat le 23 décembre dernier vantant les mérites d'une société de trading.
Nabilla a posté une vidéo sur son compte Snapchat le 23 décembre dernier vantant les mérites d'une société de trading. — Victor Point/20 Minutes
  • Nabilla est suivie par plus de deux millions d’internautes sur Twitter.
  • Elle est également très présente sur le réseau social Snapchat.
  • L’autorité des marchés financiers (AMF) a répondu à Nabilla sur Twitter et mis en garde les particuliers contre les risques des investissements en bitcoin.

Faut-il investir dans le bitcoin ? Pour Nabilla, la vedette de téléréalité, la réponse ne fait plus aucun doute. Dans un court message posté initialement le 23 décembre dernier sur son compte Snapchat, la jeune femme suivie par plusieurs millions d’internautes sur les réseaux sociaux a vanté les mérites d’un service lié à cette crypto-monnaie. « Les chéris, je ne sais pas si vous avez entendu parler du bitcoin (…) C’est un peu la nouvelle monnaie genre la monnaie du futur et donc en fait je trouve que c’est assez bien », lance-t-elle à ses abonnés, une ribambelle de cœurs virevoltant autour de sa tête.

En trois minutes, la starlette présente à ses fans une société de trading basée en Andorre et spécialisée dans le bitcoin Un article sur le sujet publié mardi 9 janvier sur le site Capital, a poussé la très sérieuse Autorité des marchés financiers (AMF), à réagir. Sur Twitter, le compte de l’institution a mis en garde les internautes tentés par ce type d’investissements : « #Nabilla Le #Bitcoin c’est très risqué ! On peut perdre toute sa mise. Pas de placement miracle. Restez à l’écart ».

« C’est confidentiel »

Comme de nombreux influenceurs ou Youtubeurs, Nabilla a régulièrement recours à du placement de produits sur ses différents comptes (Twitter, Instagram et Snapchat) en contrepartie de revenus financiers. « Sur Snapchat, les vidéos et les messages diffusés sont plus spontannés. On ne peut pas leur imposer un texte et des prises de vues avec un produit. On n’a pas le droit, ce n’est pas du mannequinat », détaille l’un des agents de personnalités de la télé et de la téléréalité les plus influents du secteur.

>> A lire aussi : Nabilla: Son compte Twitter parmi les plus influents en France

Contacté par 20 Minutes, Romain Bailleul, cofondateur du site mis en avant par la vedette refuse de détailler le « deal » passé entre Nabilla et sa société de formation au trading de crypto-monnaies. « C’est confidentiel », assure-t-il, reconnaissant toutefois qu’une contre-partie a bien été négociée et que l’exposition médiatique de la jeune femme était « évidemment » l’une des raisons de ce choix publicitaire et commercial. Au-delà de la forme, c’est le fond du message qui a poussé l'Autorité des marchés financiers à réagir.

Un investissement « dangereux »

A plusieurs reprises dans sa vidéo, Nabilla met en avant l’efficacité et le sérieux supposés des services proposés par le site : « Ils ont plus de 85 % de taux de réussite, donc en gros ils ne se trompent pas quoi. C’est vraiement sûr, c’est vraiment cool… Alors si ça vous intéresse vous pouvez y aller les yeux fermés ». Or l'extrême volatilité des prix, les risques de fraudes et de piratage et l’absence de réelle régulation du bitcoin ne sont pas des gages « d’investissements sûrs » pour les particuliers.

>> A lire aussi : Nabilla: Les réseaux sociaux lui font toucher le magot

« Je suis d’accord, c’est très dangereux. Beaucoup de particuliers perdent de l’argent », juge le cofondateur du site promu par Nabilla. « C’est pour ça qu’on voulait les encadrer en proposant des formations et c’est pour ça qu’on a créé notre société », se justifie-t-il. La publicité succincte de ce service par la jeune femme est « maladroite », juge l’agent de personnalités et d’influenceurs contacté par 20 Minutes : « Elle aurait pu insister sur la nécessité de rester prudent ».