Le bitcoin chute de 19.000 à 11.000 dollars en cinq jours

ECONOMIE Les échanges ont brièvement été interrompus sur le marché Coinbase, et puis la monnaie virtuelle s'est stabilisée à 13.000 dollars, vendredi...

P.B. avec AFP

— 

Des jetons de 1 bitcoin (illustration).
Des jetons de 1 bitcoin (illustration). — Rick Bowmer/AP/SIPA

Il faut avoir le cœur bien accroché. Le cours du bitcoin fait les montagnes russes, avec une volatilité extrême : il est passé de 19.700 dollars, dimanche dernier, à moins de 11.000 dollars vendredi matin, soit une chute de 45 %. Le marché Coinbase, la plus importante plateforme d’échange de bitcoins, a même fait une pause, vendredi, à cause d’un trafic trop élevé. L’achat et la vente de bitcoin ont cependant repris deux heures plus tard, et le cours a rebondi pour se stabiliser autour des 13.000 dollars.

>> A lire aussi : La «bulle» du bitcoin va-t-elle éclater?

Aucune annonce particulière n’explique cette nervosité. Mais avec un cours multiplié par 20 en un an, les prises de bénéfices sont normales. Alors que le grand public commence à s’y intéresser, « les investisseurs de long terme étaient assis sur des gains tellement importants qu’une correction était inévitable », a expliqué l’analyste Benjamin Robert sur la chaîne financière CNBC.

Une envolée « anormale »

Contrairement au dollar ou à l’euro, ce moyen de paiement n’est pas émis par des Banques centrales mais « miné », ou créé, de manière décentralisée par des ordinateurs utilisant des algorithmes complexes. Les banques, qui avec le bitcoin ne jouent plus leur rôle classique d’intermédiaires dans les transactions financières, critiquent notamment un manque de transparence dans la fixation de son prix, dont le bond vertigineux a été jugé jeudi « anormal » par le gouverneur de la Banque du Japon, Haruhiko Kuroda.

>> A lire aussi : Qui est Satoshi Nakamoto, le mystérieux créateur du bitcoin?

Cette semaine, l’entourage du ministre des Finances, Bruno Le Maire a indiqué à l’AFP que la France allait parler du bitcoin lors du G20. « La montée en puissance du bitcoin présente des risques par rapport à la spéculation et par rapport à la possibilité de financements illicites », a souligné la source, qui insiste sur le besoin « d’un cadre juridique ». « La France soulèvera ce sujet dans le cadre du G20 », a-t-elle précisé.