La Bose SoundLink Micro: du bon son indoor ou outdoor.
La Bose SoundLink Micro: du bon son indoor ou outdoor. — BOSE

SOUND MACHINES

Track List: Cinq enceintes Bluetooth ou connectées (vraiment) pas comme les autres

Les enceintes Bluetooth ou connectées battront le tempo au pied du sapin. « 20 Minutes » a débusqué les plus originales…

Discrètes et antichocs pour dévaler les pistes de ski, belles et lumineuses pour participer à la déco du salon, ou massives et puissantes pour envoyer du « lourd » ? Les enceintes Bluetooth ou Wifi donnent le choix…

Voyageuse : Soundlink Micro, de Bose

Comme un gros galet recouvert d’un plastique de type « gomme mousse » agréable à caresser, la SoundLink Micro de la maison Bose teint presque dans la poche. Bluetooth et pouvant faire office de kit main libre posée sur fin bureau, sa vocation est surtout de nous suivre au gré de nos sorties. Résistante à l’eau (norme : IPX7) et aux petites chutes, elle se fixe simplement sur le guidon d’un vélo à l’aide d’une sangle élastique située à l’arrière. On peut aussi lui accrocher un mousqueton. D’une autonomie de 9 heures, la Soundlink Micro diffuse un son assez mat, qui peut manquer de brillance pour certaines oreilles. Mais elle n’a pas peur de voir son volume poussé dans les extrêmes. 119, 95 euros.

Multiconnectée : Arena de Riva

Véritable rivale des enceintes Play : 1 ou One de Sonos, la dernière née de la marque Riva en fait davantage. Se paramétrant à l’aide d’une application, elle est agnostique en matière de connectivité : Bluetooth, Arena est également Wifi et compatible AirPlay.

L'Arena de Riva: avec ou sans batterie optionnelle.
L'Arena de Riva: avec ou sans batterie optionnelle. - RIVA

 

L’enceinte dispose même d’un port USB Host et d’une entrée auxiliaire. Et quitte à bien faire les choses, Arena est également multiroom. A l’écoute, le son (50 watts) est très chaleureux, dans l’esprit « vinyle » et s’accorde avec tous types de fichiers, même les non compressés (jusqu’à 24-bit/192kHz). Les abonnés au site de musique Qobuz apprécieront. Bonus : une petite batterie optionnelle à placer sous l’enceinte la rend nomade (16 heures d’autonomie). 269 euros. 109 euros la batterie optionnelle.

Décorative : LSPX-S1 de Sony

Avec un design rappelant celui des anciennes lampes de mineurs, l’enceinte LSPX-S1 se distingue d’entre toutes. Fonctionnant sur secteur ou batterie (autonomie : 4 heures), elle est surmontée d’un tube de verre qui renferme des filaments LED dont il est possible d’ajuster l’intensité lumineuse.

La LSPX-S1 de Sony: belle, originale, mais hors de prix.
La LSPX-S1 de Sony: belle, originale, mais hors de prix. - SONY

 

L’opération s’effectue soit depuis le socle de l’appareil, soit depuis l’application Songpal. L’effet est vraiment très joli, qui plonge une pièce dans une atmosphère chaleureuse et décontractée. Musicalement, l’enceinte diffuse le son à 360° agréable et assez mat mais se retrouve assez vite décontenancée dans les basses à fort volume.

>> A lire aussi : Audio: Six casques pour se tenir chaud aux oreilles (et booster sa musique)

Un équalizer au sein de l’application aurait d’ailleurs été le bienvenu. A moins que ce ne soit pour un dîner en amoureux, son prix la rend parfaitement inaccessible. 1.000 euros.

Allumeuse : Google Home Mini

Occupant le terrain des enceintes intelligentes tant qu’Amazon (Alexa) et Apple ( HomePod) ne sont pas encore en lice en France, la firme de Mountain View décline son enceinte Google Home en version baby (98 mm de diamètre pour 42 mm de hauteur).

La Google Home Mini: discrète mais avec un gros QI.
La Google Home Mini: discrète mais avec un gros QI. - GOOGLE

 

Agréable à l’œil avec son revêtement en tissus, mais davantage haut-parleur connecté (avec un son moyen) que véritable enceinte de salon, Google Home Mini reste une clé d’entrée dans l’univers de la maison 3.0. « OK Google » ! Ces seuls mots prononcés suffisent pour poser à l’assistant Google Home une question et obtenir une réponse, lancer de la musique, régler le thermostat Nest ou les enceintes Philips HUE… L’éco-système est lui aussi assez mini pour l’instant, mais a vocation à se développer. 59 euros.

Intelligente : One de Sonos

La marque Sonos a ses adeptes. Avec son éco-système d’enceintes Wifi, elle a su imposer la notion de son multiroom à la maison. A greffer sur un système Sonos existant ou porte d’entrée dans l’univers du constructeur américain, la One ressemble à la Play : 1 mais possède un petit quelque chose en plus.

La One de Sonos: en 2018, elle se pilotera à la voix.
La One de Sonos: en 2018, elle se pilotera à la voix. - SONOS

 

Le sommet de la One dispose certes d’une surface tactile pour mettre en route sa musique, baisser ou monter le son. Mais la petite enceinte disponible en noir ou blanc est également parée pour la reconnaissance vocale. La fonction, qui devrait être activée en France début 2018 (sans doute au moment où Amazon déploiera son assistant virtuel Alexa) permettra de commander à la voix morceaux préférés, stations de radio ou podcast. En attendant, le son Sonos reste parmi les meilleurs dans la place, associant dynamique, relief et puissance. A elle seule, l’enceinte One peut largement sonoriser un salon. 229 euros.