Semiotweet, le site qui analyse les tweets des candidats à la présidentielle

TWITTER Lancée par trois ingénieurs, la plateforme décrypte le contenu de tous les messages publiés par les 11 candidats à l’élection présidentielle…

Marie de Fournas

— 

La plateforme internet décrypte le contenu de tous les tweets publiés par les 11 candidats participant à l’élection présidentielle
La plateforme internet décrypte le contenu de tous les tweets publiés par les 11 candidats participant à l’élection présidentielle — Semiotweet

François Fillon « veut », alors que pour Jean-Luc Mélenchon « il faut ». Des ingénieurs de l’Université technologique de Compiègne ont lancé il y a peu un outil assez original. Semiotweet décortique le contenu sémantique de tous les tweets des candidats à la présidentielle. Au-delà d’un aperçu général montrant par exemple leur nombre de publications ( Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen sont au coude-à-coude pour la première place), une analyse approfondie est proposée pour chacun des candidats.

Non, le mot « France » n’est pas utilisé par tous les candidats

De nombreux petits graphiques indiquent par exemple les mots ou les lemmes (champs lexicaux) employés par chacun. Une autre façon d’observer les stratégies de communication des politiques. « France » reste un des termes les plus utilisés par François Fillon, Nicolas Dupont-Aignan, Marine Le Pen, Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon. Il ne fait en revanche absolument pas partie du « top-mots » de Benoît Hamon, Nathalie Arthaud, Philippe Poutou, François Asselineau ou Jean Lassalle. Ces deux derniers utilisent en revanche beaucoup « français ».

>>À lire aussi: #StopChasseàLHomme: La stratégie de riposte de Fillon se retourne contre lui sur Twitter

Benoît Hamon préfère, lui, « gauche », « travail » et « pouvoir » (et « merci » aussi !). En toute logique, pour Nathalie Arthaud, candidate de Lutte ouvrière, « travailleurs » reste son mot phare. François Asselineau, qui n’a pas dû supprimer ses anciens tweets, fait exploser son compteur avec les « régionales 2015 ». Jacques Cheminade, quant à lui, se focalise lui sur le « dialogue » et le lemme de la « question ».

À chaque fois, un graphique indique aussi les horaires de prédilection des candidats pour tweeter. Dix-huit heures pour François Fillon et les créneaux 9 heures - 14 heures pour Marine Le Pen, quand Nathalie Arthaud préfère 6 heures du matin. Pour l’instant, aucun mot étrange n’a été repéré dans l’analyse.