Sur Twitter, le sermon de la messe à laquelle Fillon a assisté à la Réunion, ne passe pas inaperçu

IRONIE Le candidat à l’élection présidentielle était en déplacement ce week-end sur l’île de la Réunion…

H.S. avec AFP

— 

François Fillon lors de la messe dimanche 12 février à l'église Notre-Dame de la Paix dans la commune de Saint-Gilles-les Bains à La Réunion.
François Fillon lors de la messe dimanche 12 février à l'église Notre-Dame de la Paix dans la commune de Saint-Gilles-les Bains à La Réunion. — RICHARD BOUHET / AFP

Décidément, le déplacement de François Fillon sur l’île de la Réunion n’a rien d’une promenade de santé. Quinze jours après les révélations du Canard enchaîné sur l’emploi présumé fictif de sa femme, Penelope Fillon, le candidat Les Républicains (LR) à l’élection présidentielle est arrivé samedi sur l’île pour trois jours de campagne. De brefs heurts ont eu lieu entre militants pro et anti-François Fillon devant une ferme photovoltaïque à L’Etang-Salé, première visite du candidat.

>> A lire aussi : Heurts entre militants en marge de la visite de François Fillon à La Réunion

Ce dimanche, en milieu de matinée, l’ex-Premier ministre s’est rendu à la messe dans une église de Saint-Gilles où il a communié. Hasard du calendrier liturgique, le père Russel Torpos, curé de la paroisse, a lu l’Evangile de saint Matthieu : « Accorde-toi vite avec ton adversaire pour éviter que ton adversaire ne te livre au juge et qu’on ne te jette en prison. Amen, je te le dis, tu ne t’en sortiras pas avant d’avoir payé jusqu’au dernier sou », a-t-on pu entendre à cet office.

En fin d’après-midi, M. Fillon devait tenir un meeting au domaine Mon Caprice de Saint-Pierre, animé d’une détermination manifestement intacte. « J’ai fait une évaluation de la situation » quand la controverse du PenelopeGate a éclaté, a dit M. Fillon au Journal du Dimanche, « je ne suis pas une tête brûlée ». Depuis près de trois semaines, l’ex-Premier ministre est dans la tourmente des emplois supposés fictifs de son épouse et de deux de ses enfants, sur lesquels enquête le parquet national financier (PNF).