Le PDG d'Airbnb propose des logements gratuits aux réfugiés visés par le décret de Trump

ETATS-UNIS Brian Chesky, patron du site d’hébergement entre particuliers, a annoncé dimanche sur Twitter sa volonté de mettre à profit certains logements en faveur des réfugiés…

H.S.

— 

Brian Chesky, actuel PDG et fondateur du site d'hébergement Airbnb, le 19 avril 2016 à San Francisco.Jeff Chiu/AP/SIPA
Brian Chesky, actuel PDG et fondateur du site d'hébergement Airbnb, le 19 avril 2016 à San Francisco.Jeff Chiu/AP/SIPA — Jeff Chiu/AP/SIPA

Au lendemain de la signature officielle par Donald Trump, d’un décret permettant aux autorités américaines d’interdire pendant trois mois, l’arrivée de ressortissants de sept pays musulmans (Irak, Iran, Libye, Somalie, Soudan, Syrie et Yémen) et de suspendre jusqu’à nouvel ordre l’arrivée de réfugiés syriens, l’une des entreprises les plus puissantes de la Silicon Valley a pris publiquement position. A l’instar de Mark Zuckerberg, qui a signé samedi une tribune au vitriol contre la politique migratoire de Trump, l’actuel PDG et cofondateur du site d’hébergement entre particuliers, Airbnb, a annoncé sa volonté de s’engager en faveur des réfugiés.

« Ouvrir nos portes nous rassemble. Les fermer ne fait que diviser un peu plus les Etats-Unis. Trouvons un moyen de nous connecter, pas de nous séparer. Ne pas autoriser l’arrivée de réfugiés aux Etats-Unis n’est pas juste et nous devons soutenir ceux qui sont affectés. Airbnb offre un logement gratuit aux réfugiés et à tous ceux qui sont interdits de séjour aux Etats-Unis. Restez à l’écoute, contactez-moi en cas d’urgence », a écrit, dimanche 29 janvier, Brian Chesky sur son compte Twitter.

>> A lire aussi : Trump gèle l'entrée des ressortissants de sept pays musulmans et l'accueil des réfugiés syriens

Ce n’est pas la première fois que le patron d’Airbnb s’exprime à propos de Donald Trump. Interviewé au printemps dernier par USA Today à Cannes en marge du festival international de la créativité, Brian Chesky avait déclaré : « Quiconque essaye d’ériger des barrières contre la culture se trouve du mauvais côté de l’Histoire ». Contrairement aux précédentes campagnes puis élections présidentielles, de nombreux entrepreneurs de la Silicon Valley sont sortis de leur réserve pour exprimer leur opposition à Donald Trump.

Contacté par le site américain Quartz, Dara Khosrowshahi, PDG du site de voyage Expedia d’origine iranienne, a déclaré : « Le décret du Président est ce qu’il y a de pire dans sa propension à agir sans réfléchir. Notre pays est un pays d’immigrés. Ce sont nos racines, notre âme que l’on vient d’effacer d’un coup de stylo ».

>> A lire aussi : Ouragan Matthew: Airbnb a déclenché son plan d'aide en Floride