Discriminations: Airbnb lance une charte éthique à signer sous peine d'exclusion

INÉGALITÉS Le site d'hébergement collaboratif a envoyé un mail vendredi et samedi à ses utilisateurs pour lutter contre le racisme et les inégalités...

H.S.

— 

L'application Airbnb permet de louer des logements entre particuliers.
L'application Airbnb permet de louer des logements entre particuliers. — ISOPIX/SIPA

Aux Etats-Unis, mieux vaut être blanc pour obtenir un hébergement sur Airbnb. En décembre 2015, une étude menée par l’université américaine Harvard démontrait que les comptes avec un nom laissant entendre que la personne était noire avaient environ 16 % de chances supplémentaires d’essuyer un refus.

En juin dernier, les témoignages devenus viraux sur les réseaux sociaux d’une étudiante nigériane et d’une productrice de télé transsexuelle américaine toutes deux discriminées sur le site de location entre particulier avaient ébranlé l’image et la réputation du site. Pour lutter contre les discriminations, le site a décidé de mettre en place, ce mardi 1er novembre une charte éthique imposée à ses utilisateurs sous peine de ne plus pouvoir utiliser le service d’Airbnb.

>> A lire aussi : Aux Etats-Unis, les Noirs sont discriminés sur Airbnb

« L’engagement de la communauté »

Vendredi 28 et samedi 29 octobre, les millions d’utilisateurs du site ont reçu un mail intitulé « Discrimination et sentiment d’appartenance : ce que cela signifie pour vous ». Le message annonce aux hôtes et/ou invités en quête de logement la création d’un « engagement de la communauté » : « Le 1er novembre ou ultérieurement, l’engagement s’affichera lors de votre connexion ou à l’ouverture du site Web, du site mobile ou de l’application Airbnb pour tablette. Nous vous demanderons automatiquement de l’accepter (…) Si vous choisissez de le refuser, vous ne pourrez plus héberger ou réserver sur Airbnb, et vous aurez la possibilité d’annuler votre compte ».

>> A lire aussi : Espagne: Leur hôte Airbnb est un chef néonazi, des Nazairiens braqués par la police

Aux Etats-Unis comme en France, l’annonce a été majoritairement bien accueillie par les internautes, d’autres critiquant une attaque à l’encontre de leur « liberté d’expression ».

Aux Etats-Unis, la médiatisation de cas de discrimination à l’encontre d’utilisateurs noirs s’est multipliée ces derniers mois, donnant naissance à un mot-clé dédié sur Twitter intitulé « #AirbnbWhileBlack ». Un mouvement populaire qui a poussé un entrepreneur américain, Rohan Gilkes, à créer, en octobre 2015, la plateforme concurrente noirbnb.com entièrement dédiée aux Afro-Américains.