VIDEO. Japon: Voici Kengoro, le robot humanoïde qui fait des pompes et transpire

HIGH TECH Les scientifiques nippons ont mis au point un système ingénieux pour évacuer la chaleur...

M.C.

— 

Kengoro peut enchaîner les pompes pendant 11 minutes.
Kengoro peut enchaîner les pompes pendant 11 minutes. — IEEE Spectrum

Kengoro est fort, résistant et endurant : le robot d’1,70m conçu par un laboratoire de l’Université de Tokyo peut enchaîner les pompes comme vous et moi, et même un peu plus : il déroule sans se fatiguer pendant 11 minutes (certes loin des champions de la discipline) grâce à ses 108 moteurs. Mais c’est par sa capacité à évacuer la chaleur que l’humanoïde innove : Kengo est un robot qui transpire.

Le refroidissement des moteurs, indispensable pour la plupart des systèmes mécaniques, est généralement assuré par des ventilateurs ou des dissipateurs de chaleur. Mais en plus de consommer de l’énergie et de produire eux-mêmes de la chaleur, ces dispositifs prennent de la place et alourdissent l’appareil ou le robot sur lesquels ils sont montés.

« Ossature » poreuse

Pour contourner le problème - et permettre au robot de rester svelte à 56 kg -, les chercheurs japonais du JSL Lab, sous la direction du Pr. Masayuki Inaba, ont trouvé un système inovant, présenté à la Conférence internationale sur les robots et systèmes intelligents (IROS) : évacuer la chaleur sous forme de « sueur », comme le font naturellement les humains et les chevaux.

Le secret de Kengoro ? Une « ossature » poreuse. Le squelette en aluminium a été réalisé grâce à la technique du frittage sélectif par laser, qui permet notamment de créer un matériau avec des zones plus ou moins perméables. Autrement dit, la carcasse du robot est criblée de trous minuscules qui permettent à l’eau de circuler à l’intérieur, puis, grâce à une savante conception, de s’évaporer sans goutter au sol.

Ce système unique, alimenté par un mini-réservoir d’eau déminéralisée (aussi utilisée dans les fers à repasser à vapeur) qui doit être renouvelée toutes les douze heures, serait trois fois plus efficace que les technologies de refroidissement à l’air.