Label French Tech: Un élan pour les entreprises du numérique

NUMERIQUE Neuf métropoles ont été labellisées «French Tech» ce mercredi. Exemple à Bordeaux, qui espère un rayonnement de ses entreprises numériques en dehors des frontières françaises...

Elsa Provenzano
— 
Rassemblement dans le cadre de la French Tech.
Rassemblement dans le cadre de la French Tech. — French tech

L'annonce a bien sûr été accueillie avec beaucoup d'enthousiasme par les acteurs locaux du numérique. La secrétaire d'état au numérique Axelle Lemaire a annoncé ce mercredi que neuf métropoles, dont Bordeaux, étaient labellisées «French tech», qui désigne les territoires les plus favorables au développement de startups.

«C'est une excellente nouvelle. Le label va faciliter le rayonnement déjà amorcé par les collectivités depuis quelques années. C'est une belle reconnaissance et un beau tremplin», a réagi Laure Courty, fondatrice de la start-up Jestocke.com, une entreprise de garde-meubles entre particuliers. «Cela va permettre une collaboration entre les villes mais surtout la marque représentera l'écosystème à l'étranger. Le vrai intérêt de ce dispostif est de permettre aux startups de rayonner ensemble», ajoute Christophe Gagin, cofondateur de la start-up Azendoo, une application de gestion de tâches.

Accroître le rayonnement de la métropole

Une analyse partagée par Virgine Calmels, adjointe au maire en charge de l'économie, de l'emploi et de la croissance durable: «On va jouer collectif avec d'autres métropoles pour «attaquer» les marchés internationaux, dans le but d'accroître le rayonnement de la dynamique bordelaise». Dans son communiqué la communauté urbaine de Bordeaux met également l'accent sur la portée internationale de la labellisation : «L'élan créé par French Tech doit permettre à présent de faire vivre «l'équipe de France» des territoires innovants et d'aller chercher à travers le monde, une nouvelle croissance, par l'innovation et l'excellence.»

Le gouvernement a prévu une enveloppe de 200 millions d'euros dans le cadre du dispositif «French Tech», qui devraient être investis pour soutenir le développement d'accélérateurs de startup privés sur les métropoles labellisées. A Bordeaux, on dénombre quatre projets d'accélérateurs qui ont pour vocation «d'aider des startups qui ont un potentiel de croissance important à franchir un cap dans leur développement», précise Virgine Calmels.

Neuf villes labellisées

Outre Bordeaux, Aix-Marseille, Grenoble, Lille, Lyon, Montpellier, Nantes, Rennes et Toulouse ont été labellisées ce mercredi.