Clap départ pour Bebop, le vidéo-drone de Parrot

DRONES La firme Parrot lancera le Bebop en France le 18 novembre. Ce nouveau drone qui se pilote depuis un iPad et tourne des vidéos en Full HD est destiné à tous, même aux enfants…  

Christophe Séfrin

— 

Le Bebop de Parrot se pilote depuis un smartphone ou une tablette iOS, Android, Windows Phone.
Le Bebop de Parrot se pilote depuis un smartphone ou une tablette iOS, Android, Windows Phone. — CHRISTOPHE SEFRIN/20 MINUTES

«L’engouement du public pour les drones est vraiment devenu un phénomène!». Toujours enthousiaste, Henri Seydoux, le PDG de Parrot, donne le clap départ de Bebop, son nouveau drone civil destiné au tournage de vidéos. Ne pesant que 380 grammes et embarquant une caméra Full HD, le nouveau joujou du constructeur français peut être utilisé par tous, «même les enfants», précise Henri Seydoux. Disponible dès le 18 novembre, on le réservera peut-être d’abord aux grands enfants aux porte-monnaie bien remplis: le Bebop sera vendu 499 euros seul et 899 euros avec son Skycontroller, sa super-manette de contrôle dans laquelle se glisse un smartphone ou une tablette.

De 300 mètres à 2 km de distance

Après le triomphe de son A.R. Drone dont plusieurs versions se sont succédées depuis 2010, Parrot fait un bon technologique important. Son Bebop se pilote depuis un smartphone ou une tablette avec une application iOS, Android et Windows Phone (FreeFlight 3.0). Lesté de la dernière norme Wifi (a/b/g/n/ac) et d’un GPS, le quadricoptère peut voler jusqu’à 300 mètres de son pilote (jusqu’à 2 km avec la manette Skyconroller) et à 150 mètres de hauteur. Mais on peut aussi l’utiliser à l’intérieur (avec un intérêt certes moindre…). Son autonomie de vol est de 10 à 11 minutes.

 

Outre nous amuser, sa vocation est, selon Henri Seydoux, de «tourner des films». Pour cela, Bebop est équipé d’une caméra de 14 mégapixels stabilisée sur 3 axes. Les images provenant de sa lentille fish eye sont automatiquement «redressées»: ici pas de vidéos aux bords arrondis comme avec les caméras de sport de type GoPro.

Chères caméras HD volantes

«C’est une vraie caméra HD volante avec un système de redressement d’image dynamique en temps réel. Mais je m’attendais à des tarifs moins élevés», note Eric Dupin, le fondateur du site Dronestagram. D’autant que la version de base du Bebop ne dispose pas de manette de contrôle. «Et piloter avec une tablette n’est pas toujours évident», précise Eric Dupin. Reste que le marché s’envole. Et que les aficionados de drones sont de plus en plus nombreux, pouvant dépenser un Smic pour s’offrir le vrai rival du Bebop, le Phantom Vision de la société DJI (1200 euros). D’ici les fêtes, l’AP10 de AEE/PNJ Cam sera aussi en rayons (699 euros). Parrot n’est plus seul à s’envoyer en l’air.

Radiations

Concernant les récents survols des centrales nucléaires françaises par des drones civils non-identifiés, Henri Seydoux rappelle que la législation autorise les particuliers à faire voler des drones à moins de 150 mètres de hauteur et en vol à vue. « Le survol des agglomérations, aéroports et centrales nucléaires » est bien sûr interdit, précise le PDG de Parrot.