«Battlefield 4» suscite la colère de militaires chinois

J.M.

— 

Une scène extraite du jeu vidéo Battlefield 4.
Une scène extraite du jeu vidéo Battlefield 4. — AP/SIPA

De la géopolitique dans les jeux vidéo… Selon le journal militaire chinois Zhongguo Guofangbao, cité par le South China Morning Post, le first person shooter créé par le studio suédois Dice et édité par l’Américain Electronic Arts «discrédite l’image de la Chine à l’étranger et déforme la vérité afin d’égarer les jeunes personnes».

L’éditorial du Zhongguo Guofangbao revient sur la trame scénaristique de la campagne de «Battlefield 4»: «Des soldats américains attaquent Shanghai et échangent des tirs avec l’Armée populaire de libération (…)  Situé en 2020, des troubles civils en Chine forment l’arrière-plan du jeu et les militaires américains doivent combattre pour la paix et mettre à jour les conspirations chinoises». Et de critiquer le fait que le méchant soit un général chinois renégat «n’avait aucun sens». Enfin, l’édito ajoute qu’«utiliser des jeux vidéo pour discréditer l’image d’un pays aux yeux des autres est une nouvelle forme d’invasion culturelle et d’agression».

Pour l’instant, rappelons que le jeu n’est même pas sorti en Chine continentale et que l’histoire de la campagne de «Battlefield 4» est relativement incompréhensible.

En tout cas, Le dernier contenu téléchargeable du jeu «Battlefield 4» risque d’agacer davantage les haut-gradés chinois. Intitulé «China Rising», l’extension se déroule entièrement sur le sol et dans les airs de la Chine continentale, avec quatre nouvelles cartes destinées à accueillir les parties en multijoueur: Route de la soie, Chaîne de l'Altaï, Pics de Guilin et Col du dragon…

Ce n’est pas la première fois qu’un jeu de tir militaire énerve les autorités d’un pays. Comme le rappelle le site Polygon, l’Iran avait peu apprécié la séquence de «Battlefield 3» avec son raid militaire américain sur Téhéran et avait banni le jeu.

Le trailer du contenu téléchargeable du très bon multi de  «Battlefield 4».