La 4G de SFR et Orange dans le collimateur de l’UFC-Que Choisir

TELEPHONIE Face à la débauche de publicité des opérateurs sur leur couverture 4G à Paris, l’UFC Que Choisir met à jour le décalage entre les promesses et les faits…

Christophe Séfrin

— 

Le réseau 4G est loin de tenir ses promesses à Paris selon L'UFC Que Choisir.
 
Le réseau 4G est loin de tenir ses promesses à Paris selon L'UFC Que Choisir.   — DR

Face au déploiement de la 4G, l’heure des premiers comptes a déjà sonné pour les opérateurs de téléphonie mobile. L’UFC-Que Choisir les accuse ni plus ni moins de tromperie sur la marchandise: «Si les opérateurs réalisent un fromage de leur couverture, c’est un véritable gruyère!», s’emporte Alain Bazot, président de l’UFC-Que Choisir.

Pour étayer son propos, l’association de consommateurs a rendu publique ce matin une étude menée sur Paris du 3 au 17 octobre. 66 483 mesures ont ainsi été réalisées à partir d’un smartphone Samsung Galaxy SIII dans 80% des rues de la capitale.

Jusqu’à 25% de non couverture

Le résultat est «édifiant», selon l’UFC-Que Choisir, avec, d'après Alain Bazot, «un véritable décalage entre l’écart de couverture présenté aux consommateurs et les cartes d’accessibilité à la 4G telles que nous avons pu les établir». Bon élève, Bouygues Telecom aurait une couverture fidèle à la réalité annoncée. «C’est le seul opérateur qui une cartographie conforme», selon l’UFC-Que Choisir. Concernant Orange, l’association note «un véritable décalage». «Là où il est supposé ne rester que des points résiduels, il y a plus de 20% de non couverture de l’opérateur», dénonce Alain Bazot. SFR se voit enfin couronné par la «palme de l’inaccessibilité avec 25% de zones non couvertes».

L’UFC Que Choisir va plus loin en dénonçant la qualité des débits 4G, variant de 75 Mb/s à 150 Mb/s théoriques selon la nature des antennes utilisées par les opérateurs. Il y aurait ainsi une «4G des villes et une 4G des champs».

Des attaques en justice

Pour mettre fin à ce brouillage des ondes, L’UFC Que Choisir demande à l’Arcep, l’autorité de régulation, de mettre en place un observatoire de la 4G. Plus encore, l’association de consommateurs entend donner des suites judiciaires au manquement constaté des opérateurs. Des plaintes ont ainsi été déposées à l’encontre de Orange et SFR, notamment au motif de pratiques commerciales trompeuses.