Andrea Pirlo dans ses oeuvres lors du quart de finale de l'Euro 2012 entre l'Italie et l'Angleterre.
Andrea Pirlo dans ses oeuvres lors du quart de finale de l'Euro 2012 entre l'Italie et l'Angleterre. - PHIL OLDHAM/COLORSPORT/SIPA

Swann Borsellino

Faire vaciller l’univers d’un seul geste. Assurément la marque des grands. Dimanche soir et sans le vouloir, le maestro italien Andrea Pirlo a suspendu le temps grâce à une splendide panenka, exécutée lors d'une séance de tirs au but stressante qui voyait s’opposer l’Italie et l’Angleterre. Un choix plus logique que spectaculaire, si l’on en croit les dires du milieu de terrain de la Juventus après la rencontre. «J’ai vu que le gardien était un peu chaud et j’ai pensé qu’il valait mieux tirer comme ça, c’était plus simple» balance-t-il, conscient que ce geste classieux pertuberait le portier anglais pour la suite de la séance.

Respecté par ses adversaires

Mais un match ne peut se résumer à un seul geste. Cela tombe bien, puisque depuis le début de la compétition, Pirlo éclabousse les rencontres de sa classe. Meneur de jeu à l’œil aiguisé, il trouve ses partenaires avec la précision d’un quarterback, sans jamais se débarrasser du ballon. Mais en dépit de sa prestation remarquable, c’est bel et bien son coup d'éclat, celui qui a relancé l’Italie, mal embarquée dans la séance de pénaltys, qui restera dans la postérité. «Phénoménal» pour Xavi, «classe» pour Fabregas, Andrea Pirlo force le respect de ses coéquipiers comme de ses adversaires. Et ce un peu plus d’un an après avoir quitté le Milan AC dans des conditions compliquées.  

Jugé bon pour la casse

Jugé «en fin carrière» après dix ans et bons et loyaux services du côté de la maison lombarde, Pirlo a rejoint gratuitement la Juventus. Celui qui, gêné par des pépins physiques, n’avait disputé que 17 matchs de Serie A en 2010-2011 en a disputé 37 cette saison (il a été suspendu lors d’un match contre Cesena), conduisant la Vieille Dame vers son premier titre de champion d’Italie depuis le Calciopoli et la descente aux enfers du club. A 33 ans, c’est ainsi une nouvelle jeunesse que s’offre Andrea Pirlo, en compagnie de son illustre capitaine, Gianluigi Buffon, avec qui il avait fait la paire en 2006. Il y a six ans, déjà.