Le monstre Thomas Coville fait péter le record de la traversée de l'Atlantique en solitaire

VOILE Il est le premier marin à passer sous la barre des cinq jours...

G. N. avec AFP

— 

Thomas Coville à bord de son multi-coques au large de New York, le 4 juillet 2017.

Thomas Coville à bord de son multi-coques au large de New York, le 4 juillet 2017. — LOIC VENANCE / AFP

  • Thomas Coville a établi un nouveau record de la traversée de l'Atlantique en solitaire en 4 jours, 11 heures et 10 minutes
  • Il abaisse de presque 16 heures la marque établie par Francis Joyon il y a 3 jours

Le roi des records ! Thomas Coville (Sodebo Ultim), déjà auteur du record du tour du monde en solitaire il y a 7 mois (49 jours), est devenu samedi le premier marin à réaliser la traversée de l’Atlantique en solo sous les 5 jours (4 j 11 h 10 min). Il a abaissé la marque de 15 h 45 min, établie il y a seulement 3 jours par son compatriote Francis Joyon (5 j 2 h 7 min).

Le navigateur de 49 ans a coupé la ligne fixée au cap Lizard (sud ouest de l’Angleterre) samedi à 17h29 GMT après avoir quitté New York mardi à 6h19 GMT, a annoncé samedi son équipe. Sur les 4 dernières années, aucun marin n’avait réussi à battre ce record.

Pas moins de 17 records en solitaire

Coville a signé son 17e record en solitaire et inscrit son nom sur les tablettes de la traversée de l’Atlantique nord pour la deuxième fois. En 2008, il avait placé la marque sous les 6 jours (5 j 19 h 29 min).

Le Breton s’était donné pour objectif il y a quelques semaines d’établir un nouveau record en moins de 5 jours. Il est monté en pression après le départ inattendu pour une tentative jeudi 6 juillet de Francis Joyon (Idec Sport). Mercredi, son rival des mers a amélioré sa propre marque de 49 minutes dans ce défi lancé au dernier instant.

Joyon et Coville se trouvaient tous les deux à New York, à l’issue d’une course inédite entre 4 grands multicoques, les « Ultime », reliant Saint-Nazaire à New York.

>> A lire aussi : «Grâce à “The Bridge”, la course au large se réinvente...», estime Thomas Coville

 

Mots-clés :