VIDEO. Liban: Les images de chiens errants empoisonnés par des employés municipaux choquent

SCANDALE La vidéo de chiens errants agonisant après avoir été empoisonnés par des employés municipaux dans une banlieue de Beyrouth a provoqué une vague d’indignation sur les réseaux sociaux…

Marie De Fournas

— 

Au Liban, des chiens ont été empoisonnés par des employés municipaux

Au Liban, des chiens ont été empoisonnés par des employés municipaux — Facebook @Animals Lebanon

Attention, les images sont vraiment dures. Jeudi 28 décembre, l’association libanaise de protection des animaux Animals Lebanon a publié une vidéo filmée à Ghobeiry, une banlieue de Beyrouth. Sur les images, des chiens errants sont en train d’agoniser sur le trottoir. Ils ont été empoisonnés par des employés de la municipalité. Les bêtes pleurent, bavent et sont prises de convulsions. On peut également voir les employés municipaux les saisir encore vivants et les jeter dans une camionnette.

Sur sa page Facebook, l’association qui a porté plainte explique que la municipalité admet avoir attiré les chiens avec de la viande empoisonnée dans l’unique but de les tuer. Cette dernière affirme également avoir pris cette décision car les chiens étaient « agressifs » et auraient « attaqué des gens ». Une version que l’association met en doute.

>> A lire aussi : Hérault: Des chiens victimes d'un empoisonnement dans un petit village

La municipalité a ouvert une enquête disciplinaire

La vidéo a suscité une vague d’indignation sur Facebook, d’autant que le Liban a adopté une loi sur la protection et le bien-être des animaux. Ce texte interdit la torture des animaux ainsi que toute action qui entraîne de la « souffrance », prévoyant de lourdes amendes pouvant aller jusqu’à 11.000 euros.

L’association affirme être entrée en communication avec le ministre de l’Intérieur afin de condamner les actions des employés de la municipalité. Une municipalité qui, face au tollé, a suspendu ses agents et ouvert une enquête « en vue de prendre les procédures légales disciplinaires à l’encontre des contrevenants ».