Uber entame sa transition sans chauffeur en commandant 24.000 Volvo autonomes

TECHNOLOGIE Les SUV XC90 seront livrés entre 2019 et 2021...

P.B. avec AFP

— 

Un SUV Volvo modifié par Uber.

Un SUV Volvo modifié par Uber. — Eric Risberg/AP/SIPA

Les 1,5 million de chauffeurs Uber peuvent commencer à trembler. Lundi, Volvo a annoncé qu’il allait vendre des « dizaines de milliers de voitures autonomes » à Uber, leader mondial des VTC. Volvo, qui appartient au groupe chinois Geely, a précisé qu’il livrerait à Uber des SUV XC90 entre 2019 et 2021, aux termes d’un accord non exclusif signé en 2016.

Selon un porte-parole cité par Bloomberg, le chiffre exact est de 24.000 voitures, qui seront transformées en véhicules autonomes par Uber grâce à la technologie qui est en cours de développement.

Pertes passives pour Uber

Outre les scandales à répétition qui ont conduit au départ de son fondateur Travis Kalanick, Uber fait face à un défi majeur : des pertes qui dépassent les 500 millions de dollars par trimestre. Mais les investisseurs continuent d’avoir confiance dans l’entreprise, valorisée autour de 70 milliards de dollars.

Uber a fait le pari du long terme. Pour l’instant, l’entreprise investit lourdement, avec une présence mondiale dans plus de 500 villes, mais elle ne touche qu’entre 20 et 35 % de chaque course – le reste va au chauffeur. Si elle parvient à les remplacer par la machine, sa rentabilité exploserait.

La route vers l’autonomie reste semée d’embûches. Le système d’Uber a encore souvent besoin d’interventions humaines, et aux premiers jours d’un test à San Francisco, sa flottille autonome avait grillé six feux rouges l’an dernier. L’entreprise avait juré qu’il s’agissait d’une « erreur humaine », mais selon une enquête du New York Times, les voitures étaient en mode autonome.