Mari et mariage: Les recherches les plus fréquentes sur Google agacent les femmes scientifiques

MAUVAISE SURPRISE Une scientifique a découvert que les recherches les plus associées à son nom étaient « mari » et « mariage »… 

Lucie Bras

— 

Essai de réalité virtuelle à la Nasa, image d'illustration.

Essai de réalité virtuelle à la Nasa, image d'illustration. — SUPERSTOCK/SUPERSTOCK/SIPA

Flagrant délit de sexisme dans le monde scientifique ? La chercheuse d’origine finlandaise Tuuli Lappalainen n’a visiblement pas apprécié les recherches qui étaient faites sur elle sur Google. En écrivant son nom sur Google, cette scientifique de l’université de Columbia s’est aperçue que les requêtes le plus souvent faites à son propos étaient « Tuuli Lappalainen mari » et « Tuuli Lappalainen mariage ». Après un doctorat en biologie des systèmes, c’est pour le moins inattendu. Elle a partagé son agacement sur Twitter.

Chers confrères scientifiques, la prochaine fois que vous allez sur Google pour une information sur le mari ou le mariage d’une collègue, réfléchissez. Si vous êtes curieux, réfléchissez à la raison pour laquelle cela vous intéresse. La vie privée des femmes scientifiques ne vous REGARDE PAS. Je n’ai pas de vie publique en dehors de la science. Ce sont donc mes collègues qui font ces recherches, apparemment plus intéressés par mon mari que par mon travail. Ça s’applique à de nombreuses collègues féminines mais je vous mets au défi de trouver un scientifique masculin avec le même genre de recherches. »

Eviter un faux-pas

Ces recherches proviennent du Google américain, et non du Google finlandais, pays d’origine de la scientifique, qui ne mentionne aucun de ces détails personnels. L’un de ses confrères a bien essayé de défendre ce genre de recherches, en expliquant que c’était pour éviter un « faux pas au restaurant » en oubliant le nom du mari de la chercheuse.

A la suite de ses tweets, des internautes ont partagé d’autres captures d’écran de recherches sur des femmes scientifiques. Le résultat ne va pas vous surprendre :

Elles mentionnent presque toutes le mari de ces doctoresses maintes fois diplômées. Nous avons fait l’essai à 20 Minutes. Avec un résultat mitigé : si Marie Curie s’en tire bien (en même temps, tout le monde sait qui est son mari, non ?), Françoise Barré-Sinoussi (découverte du virus du Sida et prix Nobel de médecine) et Emmanuelle Charpentier ( découverte Crispr/Cas9) ont perdu la partie.

Capture d'écran Google.
Capture d'écran Google. - Capture d'écran
Capture d'écran Google.
Capture d'écran Google. - Capture d'écran
Capture d'écran Google.
Capture d'écran Google. - Capture d'écran
Capture d'écran Google.
Capture d'écran Google. - Capture d'écran

Ce n’est pas la première fois que le milieu scientifique est l’objet de polémiques sexistes : en 2015, une jeune femme avait créé le hashtag #ILookLikeAnEngineer (« Je ressemble à un ingénieur ») après avoir été déclarée « trop jolie » pour exercer ce métier.

>> A lire aussi : Les hommes passent plus souvent pour des «génies» que les femmes