Quatre ans d’existence, 5 millions de smartphones vendus dans le monde (dont la moitié en France), 150 emplois créés à Marseille… la success story de Wiko devrait se poursuivre le 6 juin avec le Pure. En précommande sur le site du fabricant, ce nouveau smartphone vendu 299 euros sera le plus fin du monde, avec 5,1 mm d’épaisseur seulement (pour 98 grammes). La firme, qui revendique la seconde place sur le podium des smartphones les plus vendus hors abonnement (avec 17,8 % de part de marché en France, derrière Samsung), veut frapper fort.

Le smartphone de la maturité

Pour Michel Assadourian, directeur général de Wiko, le Pure est sans doute le smartphone de la maturité, celui qui, fort d’une première percée chez les opérateurs de téléphonie mobile, devrait « faire entrer Wiko dans l’univers de la marque ». Pour l’heure chouchou des réseaux sociaux (même si parfois entouré d’une réputation en demi-teinte quant à la qualité de son service après-vente), Wiko restait dans l’ombre des géants. Présent dans 22 pays, où il vend 300 000 smartphones par mois (contre 119 par mois il y a quatre ans), la filiale du fabricant chinois Tinno veut poursuivre sa route avec l’esprit start-up qui a fait son succès et un discours sans cesse martelé : « Démystifier la technologie ». Selon Wiko, le Pure devrait ainsi créer une « relation émotionnelle avec les utilisateurs ».

Des spécifités qui restent classiques

Extrêmement réussi d’un point de vue design, ce smartphone Android 4G à écran 4,8’’ est indiscutablement un bel objet. Il est recouvert de verre Gorilla Glass, le rendant très résistant, notamment aux torsions auxquelles sa finesse pourrait l’exposer. Serti d’un bandeau en aluminium, il est disponible en quatre couleurs. Pour ce qui est de la technique, l’état des lieux révèle des caractéristiques assez classiques, avec un processeur à quatre cœurs Qualcomm Snapdragon 410, 16 Go de mémoire (non extensible), une batterie de 2000 mAh (non amovible). Pour la photo, 8 mégapixels à l’arrière et 5 à l’avant : de quoi satisfaire tout le monde, amateurs de selfies compris. L’absence de NFC (qui permet le paiement sans contact) est regrettable. Reste, derrière le premier effet « waouh », un petit goût de Canada Dry : le Pure ressemble à un terminal haut de gamme, mais reste un smartphone ordinaire. N’empêche : il est aussi deux fois moins cher.

Mots-clés :