Tour de France : « Tellement fiers » de Roglic et Pogacar, les supporters slovènes ont enflammé les Alpes

CYCLISME Des centaines de fans slovènes ne voulaient manquer sous aucun prétexte le premier sacre à venir de Primoz Roglic sur la Grande Boucle

Jérémy Laugier

— 

Des centaines de Slovènes ont déboulé dans les Alpes depuis quelques jours pour soutenir Roglic et Pogacar.
Des centaines de Slovènes ont déboulé dans les Alpes depuis quelques jours pour soutenir Roglic et Pogacar. — MOURAD ALLILI / SIPA
  • Malgré la pandémie de Covid-19, les supporters slovènes sont arrivés plus nombreux que jamais pour suivre la dernière semaine de ce Tour de France.
  • Une dynamique logiquement créée par la présence sur le podium du maillot jaune Primoz Roglic et de son dauphin Tadej Pogacar, tous deux Slovènes.
  • Majoritairement arrivés pour les étapes alpestres, ces amateurs de cyclisme sont « tellement fiers » de voir leurs compatriotes au sommet de cette Grande Boucle.

De notre envoyé spécial au col de la Loze et à La Roche-sur-Foron,

Dans les sommets alpins du Tour de France, les indétrônables drapeaux bretons ont vu débarquer en masse des concurrents inattendus cette semaine. Petite république des Balkans de deux millions d’habitants, soit bien moins que la seule Bretagne justement, la Slovénie compte bon nombre de passionnés de sport. Comment pourrait-il en être autrement pour un pays comptant actuellement le meilleur basketteur européen, la star de Dallas Luka Doncic (21 ans), ainsi que les deux meilleurs coureurs de la Grande Boucle, Primoz Roglic et Tadej Pogacar ?

Ici jeudi à La Roche-sur-Foron, Robert parcourt chaque jour 70 km sur les routes du Tour avant d'assister à l'arrivée de la course.
Ici jeudi à La Roche-sur-Foron, Robert parcourt chaque jour 70 km sur les routes du Tour avant d'assister à l'arrivée de la course. - Jérémy Laugier/20 Minutes

Placé jeudi à une centaine de mètres de la ligne d’arrivée à La Roche-sur-Foron (Haute-Savoie), Robert (47 ans) compte bien profiter jusqu’aux Champs-Elysées dimanche de cette Grande Boucle prête à consacrer un Slovène pour la première fois de son histoire. « Avec trois amis, on s’est décidé sur un coup de tête de venir en voiture assister aux étapes dans les Alpes, raconte-t-il. Nous sommes tellement fiers de voir des Slovènes briller ainsi, d’autant que le cyclisme est presque aussi populaire que le football et le basket chez nous. »

« L’heure de Pogacar viendra tranquillement »

Originaire de Maribor (désolé pour la douloureuse référence, amis lyonnais), Robert profite de ce premier séjour en France pour enquiller chaque jour 70 km à vélo afin de rejoindre les arrivées d’étapes pour soutenir avec passion ses deux compatriotes, quasiment assurés de finir sur les deux premières marches du podium dimanche à Paris.

Les centaines de supporters slovènes présents en France ont-ils d’ailleurs une préférence entre leurs deux champions ? « Que le meilleur gagne, tout simplement, résume Robert. En Slovénie, on se dit quand même que Tadej Pogacar n’a que 21 ans et que son heure viendra tranquillement. »

Saso, Mitja, Gregor, Tomasz et Jani se sont régalés mercredi dans l'ascension du col de la Loze.
Saso, Mitja, Gregor, Tomasz et Jani se sont régalés mercredi dans l'ascension du col de la Loze. - Jérémy Laugier/20 Minutes

« Roglic a l’histoire la plus incroyable de tous les temps »

La veille, au cœur du col de la Loze (Savoie), un groupe de cinq Slovènes y allait de ses prédictions légèrement chauvines : « Roglic (30 ans) va l’emporter trois fois de suite sur le Tour puis vous aurez ensuite droit à huit années de Pogacar ». Parmi eux, Jani nous montre sur son téléphone, en se marrant, une photo de l’actuel maillot jaune de la Grande Boucle, ici en 2012 en mode cycliste amateur… avec une belle tenue FDJ.

« Roglic a l’histoire la plus incroyable de tous les temps dans le monde du cyclisme », s’emballe Gregor à ses côtés. Car ce bon Primoz est connu des Slovènes depuis sa vie d’avant, celle de sauteur à ski de haut niveau. A La Roche-sur-Foron, Robert nous raconte qu’il avait suivi à la télévision, en 2007, sa spectaculaire chute depuis le tremplin, avec commotion cérébrale et nez cassé à la clé.

Les drapeaux slovènes « me donnent une force supplémentaire »

« Il m’arrive parfois de voir Primoz me doubler à toute vitesse dans mes sorties à vélo dans les Alpes juliennes, sourit le supporter, fier de porter un maillot Jumbo-Visma. Il s’arrête volontiers pour parler, c’est un gars simple, et tout le monde se connaît dans notre petit pays. » A trois jours de sa plus grande victoire en carrière, après la Vuelta l’an passé, le placide Primoz Roglic a évoqué mercredi cette ferveur populaire grandissante du peuple slovène : « C’est tellement fou de voir autant de drapeaux slovènes toute la journée au bord des routes. Ça me donne une force supplémentaire. »

Mitja, que nous avons rencontré dans le col de la Loze, nous l’assure : « S’il n’y avait pas de coronavirus, on serait 5.000 Slovènes sur le Tour pour fêter la victoire de Roglic dimanche ». Il vous reste d’ailleurs trois jours pour bosser votre interprétation de S tabo je Slovenija (comprendre « La Slovénie est avec toi »), hymne rock dédié à Primoz Roglic. D’ici là, le maillot jaune sera peut-être devenu aussi fun que ses fans, qui sait…