Roland-Garros: «Si Murray prenait une amende à chaque insulte, il ne pourrait plus jouer au tennis», estime McEnroe

TENNIS L'ancien joueur américain est le parrain de la We are tennis fan academy...

R.B.

— 

John McEnroe lors d'une opération promotionnelle pour We Are Tennis le 27 mai 2016.
John McEnroe lors d'une opération promotionnelle pour We Are Tennis le 27 mai 2016. — ©FLORENT SCHMIDT

Parfois, on se dit qu’avoir la vie de John McEnroe, c’est plutôt sympa. Pensez : l’ancien tennisman américain parcourt encore le monde, s’offre actuellement une virée à Paris où il officie comme consultant pendant ce Roland-Garros et s’offre encore des petits kifs, comme se faire ovationner par une salle entière. Vendredi, le plus grand colérique de l’histoire de ce sport s’est pointé dans l’ouest parisien pour chauffer les supporters de la We are tennis fan academy, groupe de supporters sponsorisé par BNP-Paribas présent dans les allées de la Porte d’Auteuil.

Les fans dispersés, on retrouve McEnroe, disposé à nous parler de tennis quelques minutes. Si son analyse sur le revers de Richard Gasquet mérite sûrement quelques minutes d’attention, on a plutôt envie de demander à la plus grande tête brûlée de l’histoire de ce sport comment il juge la relève des énervés du court, emmenée par l’Australien Nick Kyrgios.

« Ils ont encore beaucoup de chemin à faire avant de me rattraper niveau amendes, sourit-il. Mais Kyrgios travaille à s’en rapprocher. Si sa carrière est aussi longue et aussi bonne que je le pense, il pourrait battre mon record. Murray lance aussi des insultes, mais elles sont davantage destinées à lui-même. S’il prenait une amende à chaque injure, il ne pourrait déjà plus jouer au tennis. »

>> A lire aussi : Mauresmo a-t-elle lâché Murray parce qu'elle en avait marre de ses insultes?

Evidemment, n’allez pas demander à l’Américain si la politique de sévérité mise en place par l’ATP est une bonne chose pour le tennis. « Est-ce qu’on met des amendes en NBA ou au football américain pour ce que disent les joueurs sur le terrain ? Tu as besoin de personnalités, c’est important pour ce sport. Ça en donne une nouvelle image. » Celle qu’il s’est appliqué à construire durant des années.