Roland-Garros: Les dix phrases qu'on entend sous la pluie à Roland

TENNIS Tous les matchs ont été annulés lundi et la journée de mardi a été largement tronquée...

Romain Baheux

— 

Des spectateurs se protègent de la pluie sur le Central de Roland-Garros le 31 mai 2016.
Des spectateurs se protègent de la pluie sur le Central de Roland-Garros le 31 mai 2016. — Michel Euler/AP/SIPA

A Roland-Garros,

On ne sait pas si vous avez vu, mais il pleut pas mal à Roland-Garros ces temps-ci. Et quand il pleut, il n’y a pas de match. Et quand il n’y a pas de match, on s’ennuie. Et quand on s’ennuie, on parle de la pluie et du mauvais temps. Et comme on n’est pas très originaux, ce sont toujours un peu les mêmes phrases qui reviennent. Petit best-of de la Porte d’Auteuil sous les eaux.

  • 1. « Quoi, on paie 2,80 euros pour ça ? »

Une fois son match interrompu, le spectateur a tout le temps de se familiariser avec le coût local de l’expresso. Après avoir poireauté vingt minutes, le voilà face à ce dilemme : repartir bredouille sous la pluie ou se réchauffer avec un café chaud dont le prix au centilitre dépasse celui du Graal. Ne les jugez pas, ils n’ont pas le choix.

>> A lire aussi : Roland-Garros: Le sandwich est cher? Voilà pourquoi

  • 2. « Il y aura une fenêtre météo favorable à partir de 13h12, c’est pour ça qu’ils attendent. »

La phrase se lâche avec assurance, histoire de montrer à son interlocuteur que la direction du tournoi a un plan bien plus vaste que son cerveau étriqué n’est mesure d’imaginer. Marche aussi à 12h27 ou 15h18, c’est selon votre niveau en esbroufe.

  • 3. « ON DEBACHE »

Les deux mots magiques, attendus par tout un peuple. Méfiez-vous des rumeurs quand même.

  • 4. « Non mais là, la terre est super lourde, ça change la physionomie des matchs. Regarde Pironkova qui a sorti Radwanska parce que la balle n’avançait pas. Et puis Bautista Agut, c’est un Espagnol qui n’aime pas cette surface, c’est marrant hein ?, donc il va enquiquiner Djokovic. »

  • 5. « Tu as vu, ils ont sorti les parapluies en tribune Cochet, ça va bientôt s’interrompre. »

Ou comment les journalistes savent qu’ils vont devoir dégainer des articles sur la pluie à Roland-Garros.

  • 6. « Ras le cul de cette France de fainéants incapables de construire un toit pour son tournoi. Il n’y a qu’ici qu’on voit ça. »

Sinon, l’US Open inaugurera le sien seulement cette année, soit sept ans après Wimbledon. Bravo les maîtres du monde libre.

  • 7. « Bon, et je suppose qu’on ne peut pas faire rembourser si ça ne joue pas ? »

Ben si. Bon, il faut moins d’une heure de jeu sur la journée pour revoir tout son argent. Mais quand même.

  • 8. « Et tu pars où en vacances toi ? En Bretagne ? Ah… »

#malaise

9. « Mais quel bordel ici ! On dirait un hall de gare. »

Le players lounge, où les joueurs viennent se détendre, est bondé dès que le ciel se couvre. Forcément, cela fait des mécontents.

  • 10. « C’est pas Cyril Hanouna sous le parapluie là-bas ? »

Si, sans doute.