Champions Cup : « Je pense qu’on ne réalise pas », l'UBB continue d'écrire son histoire

RUGBY Après leur qualification ce dimanche face au Racing 92 (24-21), les Bordelais vont retrouver Toulouse en demi-finale de la Coupe d’Europe début mai

Clément Carpentier

— 

Les joueurs de l'UBB fête leur victoire à la dernière minute face au Racing 92.
Les joueurs de l'UBB fête leur victoire à la dernière minute face au Racing 92. — Romain Perrocheau / AFP
  • L’UBB a battu le Racing 92 (24-21) en quart de finale de la Champions Cup grâce à une pénalité à la dernière minute de Matthieu Jalibert.
  • L’ouvreur international, auteur encore d’une performance XXL, est le symbole de cette équipe bordelaise au très fort caractère.
  • En demi-finale, l’Union Bordeaux-Bègles se déplacera chez son voisin, le Stade Toulousain.

« Je savais qu’il allait la mettre. » Il fallait donc être serein comme Christophe Urios et donc  Matthieu Jalibert, le héros du jour, pour savoir que le demi d’ouverture du XV de France allait offrir la victoire à l’Union Bordeaux-Bègles à la 82e minute de jeu d'une pénalité de 55 mètres ! Un succès étriqué contre le Racing 92 (24-21), synonyme de qualification pour les demi-finales de la Champions Cup. « C’est historique pour le club, je pense qu’on ne réalise pas encore, c’est, avant tout, beaucoup de plaisir », savoure l’arrière Romain Buros dans les couloirs du stade Chaban-Delmas.

« Beaucoup de fierté » aussi pour le capitaine de cette équipe, le pilier Jefferson Poirot. Au terme d’un match peu spectaculaire (zéro essai) mais d’une intensité folle, Matthieu Jalibert a récompensé ses « gros », comme dirait l'autre, pour écrire un peu plus avec ses coéquipiers l'histoire de l’UBB. « C’est un club qui grandit grâce notamment à l’énorme boulot de Laurent Marti [le président], reconnaît Maxime Machenaud le demi de mêlée francilien formé au club, ce n’est pas illogique car ils poursuivent leur développement, c’est une grande ville avec un club bien structuré et maintenant l’équipe commence à avoir beaucoup de vécu ». Un vécu qui lui a sûrement permis de battre le triple finaliste de cette Coupe d’Europe.

Jalibert comme un symbole

Christophe Urios a voulu mettre en avant « le caractère » de ses joueurs « qui n’auraient pas gagné ce match il y a six mois ». Et ne l’interrogez surtout pas sur le contenu du match : 

« On n’est pas là pour montrer si on sait jouer au rugby mais pour gagner des matchs. C’est ça les phases finales et j’en suis désolé pour les gens. Moi, je suis content car on ne s’est pas chié dessus ! »

Matthieu Jalibert étant le symbole de tout ça. Une nouvelle fois excellent (huit pénalités réussies sur neuf dont la dernière depuis son propre camp) dans un match de très haut niveau, l’ouvreur international bordelais marche sur l’eau en 2021.

« Il monte à chaque fois le niveau », avoue Jefferson Poirot alors que Christophe Urios voit « un joueur progresser dans l’attitude, dans la gestion de match ». « Cette dernière pénalité, c’est l’orgueil du champion ! Ce sont des gens comme ça, qui prennent leurs responsabilités, qui font avancer une équipe et même tout un club », poursuit le manager de l’Union. La prochaine étape sera maintenant dans trois semaines. L’UBB fait figure de petit poucet face aux autres qualifiés pour le dernier carré (La Rochelle mais surtout Toulouse et le Leinster) mais l’appétit vient en mangeant : « On est sûrement l’invité surprise pour vous [les journalistes] mais nous, on voulait aller le plus loin possible dès le départ », rappelle Romain Buros.

Matthieu Jalibert a réalisé une nouvelle performance de très haut niveau.
Matthieu Jalibert a réalisé une nouvelle performance de très haut niveau. - Romain Perrocheau / AFP

Pour aller encore plus loin, il faudra réaliser un nouvel exploit. Battre Toulouse sur sa propre pelouse le premier week-end de mai. Un match dont certains se languissent déjà rien qu’à l’idée de voir s’affronter les deux meilleurs numéros 10 français du moment, Matthieu Jalibert et Romain Ntamack. Le rendez-vous est pris pour une nouvelle page de la jeune histoire de l’UBB.