Toulon : « La Ligue 1 dans cinq ans ! », Mourad Boudjellal se voit déjà à la tête du Sporting

RUGFOOT Le futur ex-président du RCT semble vraiment décidé à se lancer dans le foot

A.L.G.

— 

Boudjellal lorgne sur le Sporting Club de Toulon.
Boudjellal lorgne sur le Sporting Club de Toulon. — Christophe SIMON / AFP

Quand il a quelque chose derrière la tête, il faut se lever tôt pour arriver à la lui enlever. Depuis quelque temps, alors qu’il a annoncé la vente du RCT et la fin de sa mission à la présidence du club, Mourad Boudjellal s’est trouvé une nouvelle lubie : faire du Sporting Club de Toulon, actuellement en National, un club professionnel et viser la Ligue 1 à moyen terme.

Comme d’hab avec lui, les effets d’annonce sont à la hauteur du personnage : haut en couleur. « J’ai des financiers, j’ai un projet bien précis et je me suis fixé un objectif : la Ligue 1 dans cinq ans ! Au rugby, j’ai pris l’escalier. Au foot, je vais prendre l’ascenseur ! » Quel sens de la formule.

L’appel du peuple toulonnais

Et que dire de ce qui va suivre, quand le président toulonnais explique que s’il se lance, c’est ni plus ni moins pour répondre à l’appel du peuple. « Quand je réfléchissais à plusieurs pistes, comme la présidence de la LNR, la politique ou l’édition, j’ai été sensible à toutes les sollicitations et les témoignages que j’ai reçus. Une personne m’a dit : "Si vous ne le faites pas, qui va le faire ?" Elle a raison. »

Tout dans son discours transpire la sérénité, la certitude que la chose ne peut lui échapper. Et quand un confrère de L’Equipe lui fait remarquer qu’il parle comme si tout était acquis, Boudjellal s’enflamme : « Oui, c’est certain ! Un club de sport n’appartient pas au président [Claude Joye]. S’il n’y a pas de résultats, vous êtes le seul responsable. » Pan, sur le bec.

Ce n’est pas la première fois que le Toulonnais met la pression sur l’actuel président du Sporting. Et vendredi, rebelote. En toute modestie, cela va sans dire : « Sa meilleure réponse serait d’épater les gens. Mais il n’en est pas capable… Il devrait déjà me remercier car j’ai mis le club en lumière. Mais je ne suis pas dans la joute verbale. » Non, ça se saurait.