Coupe du monde de rugby 2023 : « On coche tous les cases », Saint-Médard-en-Jalles rêve d'être « camp de base »

RUGBY La ville s’est notamment associée avec le prestigieux hôtel du Golf du Médoc

Clément Carpentier

— 

Saint-Médard-en-Jalles espère devenir camp de base lors de la coupe du monde 2023.
Saint-Médard-en-Jalles espère devenir camp de base lors de la coupe du monde 2023. — Céline Derrez
  • Saint-Médard-en-Jalles est candidat pour devenir « camp de base » de la Coupe du monde de rugby en 2023.
  • La ville jouit de nombreux atouts comme sa proximité avec l’aéroport, le Matmut Atlantique et va investir près de 2,5 millions d’euros dans les infrastructures sportives.
  • Le projet peut aussi s’appuyer sur un logement cinq étoiles avec l’hôtel du Golf du Médoc.

« Le rêve, ce serait les All Blacks ! Mais je prends aussi l’Australie ou l’Irlande… », Jean-Luc Castaing vise haut, très haut pour 2023. Le coprésident du Saint-Médard Rugby Club (SMRC) s’imagine déjà accueillir les joueurs et les staffs de ces grandes nations du rugby. Il faut dire que la candidature de sa ville en association avec son club et l’hôtel du  Golf du Médoc Resort a de très beaux atouts pour devenir « camp de base » lors de la prochaine Coupe du monde organisée du 8 septembre au 22 octobre 2023.

Ce lundi avec Jacques Mangon, le maire de la ville située à l’ouest de Bordeaux, ils ont détaillé leur projet. Un projet retenu par World Rugby lors d’une première sélection : « On a vraiment bon espoir car on coche toutes les cases. On a un dossier très solide », affirme l’élu. Il devra tout de même faire avec la concurrence de dix autres candidatures en Nouvelle-Aquitaire alors que quatre sites seront sélectionnés au final.

2.5 millions d’euros de travaux sur le stade

Quelles sont les forces de Saint-Médard-en-Jalles ? « Il y a tout d’abord la proximité avec l’aéroport de Bordeaux-Mérignac, la proximité avec le stade, le logement avec un hôtel de prestige qui a déjà fait ses preuves [c’était le camp de base de la Belgique lors de l’Euro 2016 de football] et enfin, on va investir dans les infrastructures sportives », explique Jacques Mangon.

Un budget de 2,5 millions d’euros sera présenté ce mercredi lors du vote du budget par le conseil municipal. Peu importe d’ailleurs le choix final de World Rugby : les tribunes et les vestiaires du stade Robert Monseau seront rénovés, et un nouvel espace réceptif construit d’ici 2022. Pour Jean-Luc Castaing, « c’est bien sûr une excellente nouvelle et ça nous laisse une petite marge de manœuvre pour 2023 s’il y a un peu de retard. »

En concurrence avec Lormont et Libourne ?

Si elle était retenue comme « camp de base » de la Coupe du monde 2023, la ville espère de grosses retombées économiques, touristiques et médiatiques. Au niveau sportif, le SMRC qui évolue en Fédéral 2 et fête ses 115 ans d’existence cette saison a pour ambition de passer de 400 à 500 licenciés, de créer un centre de formation « mutualisé » de tout le Pays du Médoc ou encore de bâtir une équipe féminine dans les prochaines années.

En Gironde, Saint-Médard-en-Jalles fera face à deux adversaires, Lormont et Libourne. L’une des trois candidatures girondines devrait être retenue en raison de leur proximité avec le Matmut Atlantique. La prochaine étape est prévue à la fin du mois avec le passage de 80 à 60 sites avant la visite de la Fédération Internationale de rugby au cours de l’année 2020 et le choix des nations, notamment des All Blacks…