XV de France: De la ProD2 aux All Blacks... Adrien Pélissié en mode étoile filante

RUGBY Depuis un an, le talonneur de l’UBB explose au plus haut niveau…

Clément Carpentier

— 

Adrien Pélissié a honoré sa première titularisation lors de pays de Galles-France, le 17 mars 2018.
Adrien Pélissié a honoré sa première titularisation lors de pays de Galles-France, le 17 mars 2018. — CIAMBELLI/SIPA
  • Adrien Pélissié jouait encore à Aurillac en ProD2 il y a un an.
  • Le talonneur, auteur d’une très grosse saison avec l’UBB, a découvert le XV de France.
  • Samedi, il affrontera pour la première fois de sa carrière les All Blacks.

Qu’il paraît loin le temps où Adrien Pélissié enfilait le maillot du Stade Aurillacois pour affronter Albi, Dax ou encore Soyaux-Angoulême en ProD2. Pourtant, c’était il y a seulement un peu plus d’un an. Depuis, le talonneur international français vit une ascension fulgurante. Rare à ce niveau. Au point qu’il va conclure sa saison par trois test-matchs face aux All Blacks. Rien que ça :

« Bien sûr que je n’avais jamais imaginé me retrouver là il y a encore quelques mois. Je profite de chaque instant. J’essaie de réaliser. Mais, je ne me pose pas trop de questions. Ça évite de cogiter. »

Adrien Pélissié compte cinq sélections avec le XV de France.
Adrien Pélissié compte cinq sélections avec le XV de France. - John Spencer / SIPA

Comme sur le terrain, le Tarn-et-Garonnais fonce tout droit vers ses objectifs. Mais, ce ne fut pas toujours le chemin le plus court pour celui qui a joué jusqu’à l’âge ses 18 ans à l'US Caussade, en Fédérale 3, à quelques kilomètres de son village natal de Septfonds. Adrien Pélissié n’a découvert que l’année dernière à 27 ans le Top 14 après une saison à Montauban, trois au centre de formation de Castres et quatre autres à Aurillac.

Une éclosion tardive au très haut niveau

C’est d’ailleurs dans le Cantal qu’il rencontrera son mentor en 2013, Jeremy Davidson. Avant d’être l’entraîneur des avants de l’Union Bordeaux-Bègles et bientôt le manager de Brive, l’Anglais fut aussi celui d’Aurillac : « Adrien [Pélissié] avait des qualités naturelles de puissance incroyables. Un vrai talonneur à l’ancienne. Il a tout de suite été titulaire chez nous. » Dans l’antichambre du rugby français, il se forge avant d’exploser cette saison avec l’UBB.

Le talonneur a joué 22 matchs de Top 14 avec l'UBB cette saison.
Le talonneur a joué 22 matchs de Top 14 avec l'UBB cette saison. - Nicolas Tucat / AFP

« Il a bousculé la hiérarchie grâce à sa capacité à porter le ballon, à mettre des gros plaquages. Finalement, je ne suis pas surpris de sa progression car il a un énorme potentiel », ajoute Jeremy Davidson. Résultat des courses : 22 matchs de Top 14 et surtout cinq sélections avec le XV de France dont une titularisation face au Pays de Galles à Cardiff lors du Tournoi des VI Nations. Un rêve. Et ce n’est pas fini.

Les All Blacks, la cerise sur le gâteau

Adrien Pélissié découvre en effet pour la première fois la Nouvelle-Zélande. Un pays qui « ne vit que pour le rugby et où il sent que les All Blacks, c’est sacré ! » Le moment s’annonce donc très particulier pour lui samedi à l’occasion du premier test-match à Auckland (9h35, heure française) :

« Il y a encore quelque temps, je regardais ces mecs à la télévision. C’est ce qu’il fait de mieux. Il faudra y aller sans avoir peur même si c’est encore un niveau au-dessus pour moi. »

Et puis de toute manière comme le dit Adrien Pélissié : « Ça reste du rugby. On est jamais arrivé. Ça peut aller très vite dans les deux sens. » Et là, difficile de lui donner tort pour le coup !

>> A lire aussi : UBB: «Le rugby s’est bien aseptisé» regrette le futur retraité Jean-Baptiste Poux, l’homme aux trois coupes du monde

>> A lire aussi : Top 14: «Le rugby n'est pas un business», Castres jubile après sa victoire face à Montpellier

>> A lire aussi : Bordeaux: Les demi-finales du Top 14 de retour au Matmut Altantique en 2019