Les immanquables de Roland-Garros: Djokovic et Halep sans pitié, plus de Français à Roland et Fognini décevant

TENNIS Tout ce qu’il s’est passé ce lundi 3 juin

W.P.

— 

Djokovic était pressé
Djokovic était pressé — Christophe Ena/AP/SIPA

Un début de semaine laborieux, même pas eu le temps de prendre une petite pause pour regarder un peu de tennis à la télé ? Rassurez-vous, on ne vous en veut pas du tout. Mieux, histoire de ne pas être à la masse à la machine à café mardi matin, 20 Minutes vous résume cette journée à Roland-Garros.

Le poncif du jour : il n’y a plus de Français à Roland-Garros

C’était à prévoir, mais on est lundi et il n’y a donc plus aucun représentant tricolore à Roland-Garros. Benoît Paire a réussi à bazarder un match qui lui tendait les bras contre Kei Nishikori en cinq manches. Quant à Gaël Monfils, battu sèchement par Thiem l’année où il était censé gagner à Paris, il compte désormais moins de promesses tenues au mois de mai que l’ensemble des candidats à la présidence depuis le début de la Ve République.

Les raclées du jour sur le Central : Halep et Djokovic

45 minutes et un jeu laissé sur le bord de la route : la tenante du titre chez les dames n’avait pas le temps de niaiser et la pauvre Swiatek en a fait les frais sur le court Philippe Chatrier. La question étant de savoir si la Roumaine va encore taper des balles après cette démonstration de force ou si elle en profitera pour se reposer avant son quart de finale. Novak Djokovic​ n’a pas non plus trop dû se fatiguer contre le pauvre Jen-Lennard Struff. L’Allemand a pris 3, 3 et 2 en 1h35. Au suivant.

Le match sympa qui nous a un peu déçus

Fognini et Zverev, sur le Lenglen. On se voyait déjà repartis pour un mélodrame interminable rythmé par les coups de génies, les cris de rages et les raquettes brisées entre deux hommes talentueux au tempérament imprévisible. Il y aura eu combat, mais sans plus. 2h55 et quatre sets, dont le premier n’a été empoché par Fognini que parce que l’Allemand ne s’était pas encore mis en route. Fabio, toujours là quand on l’attend pas, jamais là quand on l’attend.

Le point du jour : prosternez-vous devant Thiem

Qu’on donne à cet homme toutes les salles d’interview qu’il désire. Dominic Thiem est un monstre physique, il l’a encore démontré face à la Monf, lundi. Mais le loustic a aussi un joli coup de patte. Matez-moi ce tweener gagnant. Plus que le point du jour, c’est même le prix Puskas de la quinzaine.

Le match qui va pas se finir aujourd’hui du jour : Delpo vs Khachanov

A l’heure où sont écrits ces mots, le Russe Karen Khachanov mène un set à rien. Il a fallu 54 minutes pour en arriver là (7-5). Ajoutez à cela la grisaille, les habituels temps morts de Juan Martin Del Potro quand le vent ne tourne pas dans son sens, la grinta de la tour de Tandil, puis la remontada… Bref, rendez-vous demain pour l’épilogue sur le Lenglen.