Monaco – PSG : « La différence, c’est Mbappé »… Kyky injouable et déjà prêt à défier l’Europe du foot

FOOTBALL Auteur d’un but et d’une passe décisive lors de la finale contre son ancien club, Monaco, Kylian Mbappé a encore prouvé qu’il était très au-dessus

William Pereira

— 

Coupe de France : Le débrief express de Monaco-PSG — 20 Minutes

Au Stade de France,

Après une performance pareille, comment ne pas poser à Kylian Mbappé la question de son avenir au Paris Saint-Germain, quand bien même il s’agirait de la 18e sur le sujet que l’attaquant esquiverait comme il enrhume les défenseurs. « Il faut profiter du titre, s’est-il contenté de répondre au micro d’Eurosport. Regardez tous les gens qui sont contents ! » Une manière courtoise de demander de lui foutre la paix, mais comprenez que plus Mbappé sortira des matchs de cochon comme mercredi soir en finale de Coupe de France contre Monaco, plus il apparaîtra comme vital au PSG​ et plus la question de son avenir hantera le cerveau des suiveurs. Car disons les choses clairement : sans lui, pas sûr que Paris se sorte du bourbier monégasque, en tout cas pas de la même manière.

C’est du moins l’avis de l’entraîneur vaincu, Niko Kovac. « Sur les 90 minutes, la différence c’est Kylian Mbappé. Une passe décisive, la barre, un but, c’est pourquoi tout le monde veut le recruter. » On soulignera effectivement la qualité de son interception – certes grandement facilitée par Disasi - sur l’ouverture du score de Mauro Icardi ainsi que sa finition clinique pour faire le break en fin de match. « C’est le travail de toute une équipe, qui m’a mis dans les meilleures conditions, rétorquera-t-il, modeste, en conférence de presse. Je n’ai fait que bonifier ce travail-là. » S’il faut en citer un autre que lui ce soir, c’est Angel Di Maria, devenu le meilleur passeur de l’histoire du PSG (104 passes) grâce à son offrande sur le 2-0.

Des actions qui méritaient mieux

Mais restons plutôt sur Kyky, dont on notera curieusement que les deux plus belles actions de la rencontre n’ont pas été suivies de buts :

15e minute : Corner pour Monaco. Ballon flottant à la limite de la surface parisienne, Kylian Mbappé déboule et nous gratifie d’une remontée de balle interstellaire. Double-contact, rateau, conduite de balle sûre, et le tout à la vitesse de la lumière. Seul le repli de la quasi-totalité du bloc monégasque parti à ses trousses le dissuadera de poursuivre son raid solitaire. On n’avait plus vu ça depuis Olive et Tom.

80e minute : Mbappé profite du positionnement avancé de Majecki pour tenter la feuille morte des 25 mètres, un geste qui rappellera la tentative de Cavani avec Manchester contre le PSG en Ligue des champions, avec à chaque fois le même point de chute : la barre transversale.

Mbappé pense déjà au featuring avec Benzema

Face à ce récital, un seul constat. Mbappé est prêt à écraser l’Europe du football et on voit mal ce qui peut l’arrêter maintenant qu’il a survécu aux assauts excessivement virils de Djibril Sidibé, dont on a longtemps craint mercredi qu’il nous flinguerait les jambes du crack tricolore. Oui, s’il continue d’esquiver les coups de sécateur de ses adversaires, Kyky sera injouable cet été. Ses courses, ses prises d’appui, ses feintes, tout indique qu’il a la pêche. D’autant plus que le bonhomme frétille d’impatience à l’idée de jouer au côté de Karim Benzema en équipe de France.

« J’ai toujours dit que je voulais jouer avec des grands joueurs. Benzema, je ne pense pas qu’il y en ait beaucoup au-dessus dans le monde », a-t-il estimé. S’il continue comme ça, le jeune Parisien pourra bientôt se compter dans le lot. Mais en attendant de savoir s’il peut être plus fort que KB9, voyons déjà s’il est encore meilleur à ses côtés. On en saura plus le 2 juin, à l’occasion du premier match de préparation des Bleus contre le pays de Galles. Et laissez-nous vous dire que nous aussi, on trépigne d’impatience en pensant aux caviars du revenant pour son digne héritier. Une association qui pourrait bien rapidement s’étendre au-delà du seul cadre l’équipe de France, si vous voyez où on veut en venir.