Bayern - PSG : « Haaland, ça ne tombe pas bien pour lui »... L'avenir incertain caché derrière les déclas de Kylian Mbappé

FOOTBALL Kylian Mbappé joue avec les nerfs de beaucoup de personnes à Paris et à Madrid

William Pereira

— 

Moment crucial pour Kylian
Moment crucial pour Kylian — 20 Minutes productions
  • Le contrat de Kylian Mbappé au PSG expire en juin 2022.
  • L’international français n’a toujours pas donné la moindre indication sur son avenir à ses dirigeants.
  • Le club parisien attend une réponse imminente.

L’avantage quand Neymar défie un défenseur deux fois plus costaud dans l’octogone du Parc des Princes c’est que, tout Kylian Mbappé que vous êtes, l’œil de Sauron finit par vous lâcher la grappe. Et pourtant il y a des choses à dire sur le Français, dont le contrat à Paris expire dans un an et deux mois. Les derniers bruits de couloir font état de discussions au point mort entre le PSG​ et Kylian Mbappé, et la pression médiatique s’est faite croissante au point que les questions sur son hypothétique prolongation se sont invitées en pleine trêve internationale.

Du coup, le TGV de Bondy a trouvé une nouvelle diversion pour faire poireauter ses dirigeants et les supporters en pointant du doigt les critiques à son encontre qui alimenteraient une certaine indécision. « Bien sûr que ça joue aussi [dans son choix de rester], râlait-il après la victoire en Bosnie. Après, il n’y a pas que ça. Le plus important, c’est de se sentir bien où on est et de prendre du plaisir tous les jours. Si ça avait avancé [le dossier de la prolongation], je serais déjà venu en parler. Je le ferai quand j’aurai pris ma décision. » Un positionnement à mi-chemin entre « la décision » de Griezmann et son cinéma du gala des trophées UNFP 2019 où il avait réclamé en mondiovision « plus de responsabilités » au PSG.

De son côté, Leonardo perd patience. « On parle, ça fait longtemps qu’on parle », soufflait le Brésilien au micro de France Bleu avant le déplacement au Camp Nou, à une époque où il espérait néanmoins un dénouement proche dans le dossier KM9. Mais il semblerait que le clan d’en face soit déterminé à gagner du temps. « C’est dans l’intérêt des agents et/ou des familles d’agir comme ça pour savoir ce qu’il peut arriver, analyse l’agent Yvan Le Mée. Parce qu’en février, mars ou avril, tu ne peux pas envisager grand-chose pour le futur, alors qu’au mois de mai-juin tu as plus de visibilité ou de garanties sur ce qu’il peut se passer. »

L’éternelle convoitise du Real

A moins que le choix ne soit déjà fait, mais que Mbappé n’ait pas envie de passer pour le gros relou qui plombe le moral du vestiaire avec ses histoires de départ alors que la Ligue des champions reste à portée. L’an dernier à la même époque, Jérôme Rothen l’envoyait au Real Madrid dans des propos remarqués sur RMC.

« Je sais par les sources du club qu’un accord pour emmener Kylian Mbappé au Real Madrid a été presque conclu. Mais avec ce qui s’est passé, je suis sûr que l’arrivée de Mbappé au Real Madrid sera reportée. Il n’y a aucun moyen qu’il prolonge son contrat avec le PSG. Ils auront un accord entre eux parce que le PSG a accepté de le laisser partir cet été. À mon avis, ce n’est qu’une question de temps. »

La question étant de savoir si la situation économique a suffisamment changé pour que les Merengue puissent s’aligner sur les exigences parisiennes, quand bien même celles-ci seraient revues à la baisse (on parle d’un prix de vente à 150 millions d’euros).

Pour Yvan Le Mée, c’est non. « Le Real Madrid ne peut pas investir des montants aussi importants aujourd’hui, non. Ils ne sont pas en capacité économique de le faire avec des pertes estimées à 250 millions d’euros par an. » A relativiser tout de même. Florentino et déraisonnable font souvent bon ménage, surtout lorsqu’il s’agit de satisfaire socios et médias madridistes à l’aune d’échéances électorales certes sans grand enjeu, mais souvent synonymes de gros coups. Kylian Mbappé est attendu au Bernabeu depuis aussi longtemps que les supporters s’amusent à détourer sa tête pour la coller sur un maillot du Real Madrid sous chacun de ses posts sur les réseaux, et sa masterclass au Camp Nou n’a fait que décupler la folie. Mention spéciale pour le rédacteur en chef de la section Real du quotidien As, Tomas Roncero, qui s’est ce soir-là pointé sur le plateau du Chiringuito avec une photo de Kyky et un seul message en bouche : « Florentino, signe-le ! »

Pérez a d’autant plus intérêt à passer la seconde pour signer le Français que Mbappé n’attendra pas le Real éternellement, en dépit de l’appât Zidane, même si des liens souvent actionnés entre le club et l’entourage du joueur ont été noués depuis l’époque monégasque, explique un proche du club espagnol à 20 Minutes. Ces derniers ne l’avaient pas empêché de préférer il y a quatre ans le Barça à Madrid, où la BBC l’aurait privé d’espace, comme nous révélait Junior Minguella, agent proche des Blaugrana.

« Au Barça, Neymar venait de partir, il y avait donc une formidable ouverture pour les dirigeants barcelonais. Ils ont discuté avec le joueur et sa famille, ils étaient d’accord pour venir si Neymar allait à Paris. […] On est arrivé à un deal à 130 millions + 25 de bonus. Malheureusement, la direction et les directeurs sportifs barcelonais ont pensé que la position et le style de jeu de Ousmane Dembélé collaient mieux avec celui du Barça que Mbappé, qui lui jouait à droite, au même poste que Messi. »

En d’autres termes, le plan de carrière de Kylian fixe le cap. Et même si le prestige du Real a peu d’équivalents, il faudra sans doute plus qu’une armoire pleine de trophées pour séduire le champion du monde à un moment où le foot espagnol est moins dominateur qu’il y a trois ou quatre ans.

Kylian Mbappé
Kylian Mbappé - Christophe Ena/AP/SIPA

Haaland, le grain de sable dans la machine

Petit contretemps néanmoins dans la stratégie Mbappé, quelle qu’elle soit : la semaine dernière, Mino Raiola et le père d’Erling Haaland ont commencé à bouger sur l’échiquier du mercato. On prête au super agent des visites à Pérez et Laporta pour tâter le terrain, sans doute avec l’assentiment du Borussia Dortmund. Car le mercato estival sera pour le club allemand la dernière opportunité de l’expédier chez un requin pour plus de 100 patates. En 2022, ce sera trop tard : une clause sur le contrat du cyborg fixe son prix de vente à 70 millions à compter de cette date. Un move qui vaut son pesant de cacahuètes d’après Yvan Le Mée.

« Aujourd’hui, si tu hésites entre Haaland et Mbappé, en termes de zone de prix, le transfert du Norvégien va coûter moins cher et ce sera pareil pour le salaire. Haaland gagne 4-5 millions nets, Mbappé 11 millions nets. Haaland il va aller chercher le salaire actuel de Mbappé et Mbappé va plutôt aller chercher le salaire de Neymar à 18-20 millions nets annuels. L’opération Haaland est bien moins chère que l’opération Mbappé donc ça tombe pas très bien pour le Français d’avoir un client comme ça en face. »

Autre bémol, un mercato d’attaquants libres est en train de se former avec Sergio Agüero ou encore Memphis Depay. Moins jeunes, moins forts et surtout moins chers, ces profils présentent un rapport qualité/prix sans équivalent à même d’attirer les prétendants de Mbappé… dont le Paris Saint-Germain. Une réponse rapide de son attaquant, fut-elle celle d’un départ, est donc doublement vitale pour Leonardo et Al-Khelaifi : elle permettrait de commencer à parler pépettes avec les potentiels acheteurs de Kyky tout en ayant le temps de retomber sur ses pattes.

« Le seul moyen de faire pression, c’est de lancer un ultimatum en disant "à telle date on veut une réponse parce qu’on a besoin de s’organiser", conclut Le Mée. Sans ultimatum tu ne t’en sors pas, encore faut-il que les gens en face y soient réceptifs. » Pour l’heure, le PSG ne veut pas froisser l’entourage de son crack pour se laisser une chance de le prolonger. Mais il va peut-être devoir s’y résoudre.