PSG-Bordeaux: Le Parc a rendu un vibrant hommage à Cavani, flashé à 200 sur l'autoroute du but

FOOTBALL Edinson Cavani a marqué son 200e but au PSG. Et tout le Parc a fêté ça

William Pereira

— 

Cavani, à la fin de PSG-Bordeaux
Cavani, à la fin de PSG-Bordeaux — Christophe Ena/AP/SIPA

Un appel de balle tranchant, un coup de tête rageur et une célébration en mode Matador. Edinson Cavani pouvait difficilement faire plus « cavaniesque » pour son 200e but avec le Paris Saint Germain. Barre symbolique qui en soi ne signifie rien étant donné que l’Uruguayen était déjà le meilleur buteur de l’histoire du club, mais qui aura servi de prétexte au Parc des Princes pour célébrer une nouvelle fois – la dernière ? - son joueur préféré. Quand on pense que lui aussi était tout près de se faire la malle dans la malle au mois de janvier et qu’il a failli passer à côté d’un hommage appuyé de son club…

Ambiance jubilé en plein match de Ligue 1

Fascinantes festivités, au demeurant, car complètement déconnectées de tout contexte sportif. Edinson Cavani a créé une faille spatio-temporelle dans une soirée où Thomas Tuchel a été sifflé et les autres stars parisiennes bousculées à coups de banderoles du CUP.

L’Uruguayen, a, joies du 200e but, ponctuellement réussi à transformer un match de Ligue 1 inquiétant pour la suite en jubilé. Le speaker du Parc qui crie neuf fois « Edinson » en référence à son numéro de maillot, les ultras et leur remix des démons de minuit sauce Cavani, le trophée et le discours en fin de match… Réussir à créer malgré soi l’événement dans l’événement, tout un concept. On peut presque parler d’art contemporain à ce niveau. Mais à la fois, c’est tellement cohérent. Après tout, n’était-il pas le seul Parisien dont personne n’avait osé dire de mal le soir de la plus grande humiliation européenne de l’histoire du club ? Émerger en plein naufrage, ça aussi, c’est typiquement Cavani.

« Continuer à me donner à 100 % jusqu’à la fin »

Une fois qu’on s’est embourbé dans nos théories alambiquées d’insomniaques, il nous reste quoi ? Une citation convenue de Thomas Tuchel en conférence de presse (« c’est super car c’est un grand joueur pour Paris, un gars qui a mérité son 200e but. C’est une performance incroyable et il a mérité que tout le monde profite de ce moment avec lui ») et un hommage appuyé du buteur parisien aux supporters en zone mixte.

« Je voulais remercier les supporters parce qu’ils sont derrière nous. Je voulais les remercier comme je remercie mes coéquipiers parce qu’ils s’entraînent avec moi tous les jours. Les supporters ont souvent été derrière moi, je dois les remercier pour leur chaleur, leur amour, pour nous, pour moi spécialement dans les moments difficiles. Merci. Et la seule manière que j’ai de pouvoir les remercier c’est de continuer à me donner à 100 % jusqu’à la fin. »

La fin, ça sera en juin, mois au terme duquel son contrat au PSG prendra fin. Reste à savoir à quel épilogue aura droit l’Uruguayen. Le scénario habituel, avec élimination en 8es de finale de Ligue des champions et fin de saison quelconque serait le plus triste. Le plus probable, aussi. Mais Cavani ne s’interdit pas de rêver d’une issue plus heureuse. A l’assistance, à propos du match retour contre Dortmund : « je pense que nous sommes capables de faire des grandes choses. […] On doit rester ensemble, on doit montrer qu’on va faire le maximum pour arracher la qualification. » « Faire le maximum », certains au club seraient bien inspirés… de s’en inspirer. D’une parce que c’est un moyen facile de devenir une légende à Paris. Deux, parce que ça fait gagner des matchs importants. Et ça, le PSG en a bien besoin.