VIDEO. Barça-PSG: Thiago Silva, Emery, l'entraîneur des gardiens... Qui va payer pour ce fiasco total?

FOOTBALL La déculotté du Camp Nou va forcément laisser des traces à Paris...

W.P.

— 

Unai Emery est dans de sales draps
Unai Emery est dans de sales draps — Manu Fernandez/AP/SIPA

La bataille de Barcelone est perdue. Les troupes n’ont plus le moral. Il faut reconstruire. Mais quand, comment, et surtout avec qui ? Bien malin sera celui qui réussira à prédire dans quel état Unai Emery reprendra le groupe vendredi et quel onze le Basque alignera sur la pelouse du Moustoir contre Lorient, dimanche.

>> A lire aussi : «Entre 3-1 et 6-1, je ne sais pas ce qui s’est passé», les Parisiens racontent leur autodestruction

Ceux qui n’ont pas été du fiasco, les Pastore, Ben Arfa, Guedes, Kimpembe et compagnie, auront sûrement leur mot à dire lors de cette douloureuse dernière ligne droite. A l’inverse, des têtes tomberont forcément après le séisme du Camp Nou. Au doigt mouillé, 20 Minutes dresse la liste des hommes qui payeront les pots cassés du mercredi 8 février 2017.

>> Thiago Silva, le faux leader

« Thiago Silva n’est pas un leader. » C’est pas de nous mais de Dominique Bathenay, dans L’Equipe du jour. Il y avait des indices, et non des moindres, autour de celui que beaucoup aiment qualifier de meilleur défenseur central du monde :

  • Le fait qu’il n’ait jamais franchi les quarts de finale de la Ligue des champions
  • Le gros craquage lors de la séance de tirs aux buts cruciale contre le Chili en huitièmes de finale du mondial 2014
  • La perte du brassard, la mise au ban puis sur le banc en Seleção
  • Son absence qui coïncide avec l’exploit de l’aller

Bref, ça commence à faire beaucoup pour Thiago Silva, dont le futur à Paris semble s’assombrir.

Le leadership de Thiago Silva, version 2014
Le leadership de Thiago Silva, version 2014 - SIPANY/SIPA

>> Unai Emery, coupable idéal

Erigé au rang de génie il y a bientôt un mois, l’Espagnol a fini par lâcher la dernière branche à laquelle s’accrocher, la plus solide disait-on : celle les compétitions européennes. C’était pour ça qu’il avait été mandaté par le PSG, et force est de constater qu’il a échoué. On ne lui demandait pas de gagner du premier coup, simplement de dépasser le stade des quarts. Son cycle d’une quinzaine de victoires en éliminatoires de coupe d’Europe s’est brisé.

Que lui reste-t-il ? La coupe de la Ligue, la Ligue 1, la Coupe de France ? Même en cas de triplé, où serait la progression ? A la décharge du bonhomme, on notera que son équipe l’a complètement lâché tactiquement à en croire des déclas d’après-match de Rabiot. « Tous derrière, ce n’est pas ce que le coach avait demandé ». Emery pourra organiser sa propre défense autour de ça.

>> Angel Di Maria, l’ange est retombé

« Mais fais la passe à Cavani » est-il voué à passer à la postérité comme le fameux « penalty pour Nilmar » des Lyonnais ? C’est fort possible. Car s’il y avait une faute évidente de Mascherano sur son compatriote dans la surface du Barça, il y avait surtout avant ça une passe à faire pour Cavani qui n’aurait plus eu qu’à pousser le cuir dans le but quasi-vide de Ter Stegen pour le 3-2, score qui aurait assurément permis aux Parisiens de se qualifier. En oubliant Cavani, en optant pour sa poire, Di Maria a effacé malgré lui son incroyable match-aller.

>> Nasser Al-Khelaïfi, projet Titanic

Tout, absolument tout s’est écroulé autour du boss du Paris Saint-Germain mercredi soir au Camp Nou. En zone mixte, Nasser Al-Khelaïfi n’a trouvé d’autre moyen que de se réfugier à plusieurs reprises derrière l’arbitrage (« on ne va pas chercher d’excuses, mais il y a deux penaltys oubliés [pour nous] »). La vérité, c’est que le projet du PSG s’effrite depuis le départ d’un certain Leonardo et qu’il n’arrive pour le moment pas à stopper ce déclin. On l’imagine mal redécoller avec Patrick Kluivert, son nouvel homme (pas très) fort.

>> Nicolas Dehon, l’entraîneur des gardiens

En quelques mois, le PSG a « perdu » : Sirigu, puis Trapp, puis Areola et puis encore Trapp à Barcelone. Il y a un mois, certains bruits de couloirs faisaient état de l’effritement de l’immunité dont jouissait l’entraîneur des gardiens du PSG auprès d’Unai Emery.

Avec le retour de Trapp au premier plan, Nicolas Dehon pensait sans doute être tiré d’affaire. Mais le match apocalyptique du dernier rempart parisien pourrait lui coûter sacrément cher. Parce que tout Gianluigi Buffon que ne sont pas les gardiens parisiens, ils finissent tous par se trouer comme Apoula Edel. Et ça ne peut plus être du hasard.