Mondial de hand: «Elles sont arrivées un peu faciles», les Bleues aux anges après leur demie victorieuse

HANDBALL L'équipe de France, pas favorite face à la Suède en demi-finale, a parfaitement réussi son coup...

N.C.

— 

La joie des Françaises après leur victoire face à la Suède en demi-finale du Mondial de handball, le 15 décembre 2017.
La joie des Françaises après leur victoire face à la Suède en demi-finale du Mondial de handball, le 15 décembre 2017. — PATRIK STOLLARZ / AFP

Elles n’étaient pas forcément favorites, après un début de tournoi au ralenti. Mais les Françaises montent en puissance dans ce Mondial de handball et ont su s’arracher pour écarter la Suède, vendredi, en demi-finale (24-22). « L'entraîneur des Pays-Bas m’avait dit "ce sera Suède-Norvège" (en finale), raconte Alexandra Lacrabère. On a été dans la difficulté mais on est restées sereines, en équipe. Dans le passé, le train aurait déraillé mais cette fois on a conservé la lucidité. »

Les Bleues, qui ont creusé plusieurs fois un écart de deux-trois buts dans cette rencontre, ne se sont jamais affolées lorsque leurs adversaires ont recollé et sont même passées devant à quelques minutes de la sirène. « On est encore allées la chercher avec les tripes », apprécie la capitaine Siraba Dembélé. Doudou [la gardienne Amandine Leynaud] a été exceptionnelle. Allison [Pineau] a pris ses responsabilités sur la fin. Je n’ai qu’une chose à lui dire, respect. »

>> A lire aussi: Pourquoi les Bleues ont-elles si peu de reconnaissance (malgré leurs perfs)?

« Les Suédoises sont arrivées un peu faciles. Elles se sont dit : "les Françaises ne jouent pas très bien et nous on est en pleine forme et patati et patata". Sauf qu’elles ont eu l’équipe de France sur leur passage et ça leur a fait mal. Elles ne s’attendaient pas à ça », jubile de son côté Béatrice Edwige.

Place maintenant à la finale contre la Norvège, comme lors de la toute première finale mondiale des Bleues, en 1999. Les tenantes du titre ont écrabouillé les Néerlandaises, (32-23) et semblent injouables. Sauf pour les Françaises. « Il y a un truc à faire. Je ne la vois pas si forte que ça, cette Norvège-là », dit Lacrabère. Réponse dimanche, à partir de 17h30.